La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Fausses euphories

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Thierry Guinhut

Quand l’ange se fait démon. Le mariage mis en pièces, par Lauren Groff.

Les délices premières de l’amour se changeront-elles en furies ? Un tel titre paraît inexorablement l’affirmer. Mathilde est l’ « oiseau sexy », la « lionne d’azur » de Lotto. Le jeune couple amoureux, ivre de bonheur sur la plage, sert de prologue à la biographie de Lotto, dont la mère travaillait comme sirène dans un aquarium, et qui, grâce à son père est un richissime héritier. Sa mémoire prodigieuse lui permet d’envisager une carrière d’acteur méconnu, puis de dramaturge comblé. Mais auparavant, une avalanche de morts, de suicides, de vexations et d’acné, tissent son roman de formation universitaire. Une fois heureusement marié, Lotto commence par la pauvreté, car pour cette raison sa mère lui a coupé les vivres, ce qui n’empêche guère les fêtes bruyantes et alcoolisées, pardonnable ou pitoyable cliché du roman estudiantin made in USA.
C’est peu à peu, faute de percer en tant qu’acteur, qu’il écrit avec grand succès des pièces de théâtre, ce qui permet au couple de trouver un nouvel élan. Cependant, alors qu’il tente de tisser un opéra autour du mythe d’Antigone dans une résidence d’artistes avec le compositeur Leo Sen, complicité artistique et amitié passionnée croissent : « Un haut-fourneau qui le carboniserait s’il l’ouvrait. Un secret si profondément enseveli que même Mathilde l’ignorait ». La collaboration avorte, la tragédie efface Leo…
Ce qui aurait pu rester un superficiel récit conjugal, familial et d’amitiés diverses, laisse le pas au roman de l’artiste, avec une ampleur d’abord insoupçonnée. Le drame n’est pas qu’un genre littéraire pratiqué avec bonheur, dont nous lisons ici quelques spécimens, mais une crevasse de la vie ; jusqu’à ce que « le célèbre dramaturge Lancelot Satterwithe » devienne « cadavre froid ». Il ne reste plus aux « Furies » qu’à se précipiter sur Mathilde, « créature très dangereuse et très calculatrice », qui, soudain, a un passé…
Roman réaliste, Les Furies, construit en deux volets, qui d’abord furent conçus pour être deux livres indépendants, « Fortune » (au double sens du mot) et « Les Furies », est également l’odyssée mélancolique du couple. Si celle-ci montre ses zones de lumière, elle cache soigneusement, puis laisse éclater ses ombres, lorsque le point de vue de l’un est chassé par celui de l’autre, dans la tradition de Henry James. On devine que les créatures du titre sont les Erynnies, ces trois déesses du châtiment aux Enfers de la mythologie grecque, chargée de poursuivre l’éternel condamné à coups de fouets, de serpents et de linges ensanglantés. Ce pourquoi l’envers de la première partie – un conte de fées conjugal juste un peu boiteux, où Madame est la parfaite âme sœur au service du génie un brin machiste – relève, entre prostitution, avortement et inceste, d’un genre gothique résolument noir.
Vive et facétieuse, l’écriture de Lauren Groff, dont on avait remarqué Les Monstres de Templeton, séduit, pétille, quand elle sait également se faire grave, terrible. Est-ce la raison de son statut de livre de l’année 2015 aux États-Unis ? La romancière avisée pullule d’images vigoureuses : « des traces de pattes de bécasseau sur le sable lui rappelaient une vulve, des packs de lait lui évoquaient des seins ». La narration, rapide, emporte ses personnages dans une débauche de vie et de noirceur, une énumération frénétique, une mise en scène en mouvement perpétuel, qui pourraient agacer le lecteur amateur de lenteur. Reste que ce dernier pourrait se demander qui est le personnage principal : notre dramaturge, ou sa femme, moins effacée et plus remplie de secrets obscurs que prévu… Est-ce cette épouse plus manipulatrice qu’il n’y paraît qui a tant fasciné Barack Obama, dont on sait qu’il clama combien il s’agissait de son « meilleur roman de l’année » ?

Thierry Guinhut

Les Furies, de Lauren Groff
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Carine Chichereau, L’Olivier, 432 p., 23,50

Fausses euphories Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €