La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le Monde depuis ma chaise

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Franck Mannoni

Le Monde depuis ma chaise

C’est le récit biographique d’un jeune Mexicain, témoin de la grande et de la petite Histoire. Tout commence par un drame familial : le petit Galo assiste à une dispute sanglante entre son père et sa mère, ainsi qu’au départ de son père. Le don Juan lui avait prédit qu’« il serait menuisier ou rien ». Soit : Galo ne sera rien. Il s’installe sur une chaise et se jure de ne jamais plus sortir de chez lui. La location des pièces libres depuis la séparation du couple donne lieu à un défilé de personnages au destin exceptionnel. La Seconde Guerre mondiale ravage alors l’Europe. Pour fuir l’oppression nazie, Ana, une adolescente accompagnée par son père et son grand-père, est venue se réfugier chez Galo. L’enfant comprend la détresse de ce vieux parfumeur juif de Berlin, exproprié à la faveur de son collaborateur aryen et contraint à l’exil pour échapper à la mort. Sur place, tout n’est pas rose et l’antisémitisme rampant touche aussi une partie des Mexicains. En témoigne le comportement du curé : « Ces gens vont finir par envahir toute notre colonia et toute notre ville ». Plus tard, c’est un républicain espagnol qui loge chez Galo. Dans son salon de coiffure baptisé Guernica, il accueille ses compatriotes et d’autres victimes de la barbarie mondiale. Galo abrite même un révolutionnaire argentin, asthmatique, idéaliste, dont le nom n’est jamais cité mais qui rappelle fortement Che Guevara. Avec une grande finesse et des passages très poétiques, Sergio Schmucler aborde des thèmes difficiles. Le déracinement, le deuil, la culpabilité de ceux qui ont survécu à l’oppression, mais aussi la position parfois ambiguë des émigrés européens face aux autochtones : « Si nous tenons à rester c’est parce que tandis que là-bas nous redeviendrions de simples pékins, ici nous sommes des rois du seul fait que nous avons la peau blanche et les yeux verts ou bleus ». Avec des petits riens, Sergio Schmucler, lui-même exilé argentin au Mexique, emmène son lecteur dans une épopée immobile et humaniste vertigineuse. F. M.

Le Monde depuis ma chaise de Sergio Schmucler
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Dominique Lepreux, Liana Levi, 187 pages, 17

Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €