La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jacques Dupin
Du corps, face au monde

mai 2017 | Le Matricule des Anges n°183

Venant d’un lieu tenu pour être quelque peu à l’écart, bien qu’alors tout aussi proche des agitations d’une époque aujourd’hui révolue, ce n’est que quelques années après qu’elle se soit imposée que je découvrais la poésie de Jacques Dupin. L’adolescence achevée, rompue, cet écart ne recouvrait aucune signification puisque désormais le nulle part d’où je venais se révélait depuis un bon moment être un ici partout. Comme ce fut le cas, sans doute, pour d’autres lecteurs, j’étais bouleversé par la puissance d’invention de sa langue poétique, son côté âpre et farouche, voire irréductible. Cette poésie allait ainsi défier toute l’attention qu’elle méritait. Le lieu de parole s’accordait au plus près de l’expérience faite d’un monde et d’un temps pressentis, conjoints sous tous leurs aspects et configurations, une réalité aussi magnifique qu’insupportable, obstiné en sa vacuité comme en sa présence éphémère. Toujours vivante de ce rapport à la vie le moins illusoire qui soit, cette poésie ouvrait sur une intensité de saisie sur tout ce qui est, sur les significations possibles de ce qui est, sur la présence du présent aussi assignable qu’inassignable. Aussi une première lecture de ses textes laissait découvrir l’extrême lucidité dont cette poésie se nourrissait. Les premiers mots ouvrant le texte intitulé « L’irréversible », publié dans le numéro six de la revue L’Éphémère – nous sommes à l’été 68 –, et découvert par moi que plus tard, nous avait prévenu du poids des événements, et plus encore du fait d’être là présent, et de ressentir le monde comme un désordre et un abîme démesuré, interminable, insondable Injonction irréductible du présent. Exigeante, cette poésie n’a rien d’obscur. Sa liberté de la parole stupéfiait. Son originalité s’éprouvait à travers une rigueur qui laisse voir un monde éclaté, un réel impossible à enfermer dans le langage. Sa voix ne s’est jamais enfermée dans quelque certitude. Et ses gravitations ébranlent les structures de la connaissance, de la culture, et de langue. Sans attache de départ si ce n’est celles des expériences sensibles d’événements traversés, elles sont les véritables remontées vers sa source. Ainsi, une première lecture de Dehors – nous sommes en 1975 – invitait non seulement à faire retour sur les textes déjà publiés, mais disposait totalement à une attention aux textes à venir. Ce livre laissait découvrir la difficulté de faire advenir une parole capable de se soustraire à toute parole établie. En cela Dupin délaissait les territoires de la simple représentation de la réalité afin de conduire une parole qui, comme un geste ou une action, serait en mesure de produire des effets réels sur nos manières de voir, de saisir, de sentir, d’agir. Plus encore, tout comme les textes qui auront précédé – et ceux à venir – en touchant à l’essence des signes, cette poésie rejoignait comme nulle autre l’essence de la vie, son chaos et sa fragilité, son inachèvement inéluctable, et tout autant, l’impossibilité...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°183
6.50 €
LMDA PDF n°183
4.00 €