La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Jours d’exil de Juliette Kahane

mai 2017 | Le Matricule des Anges n°183 | par Anthony Dufraisse

Été 2015. Derrière les murs de l’ancien lycée Jean-Quarré, au nord de Paris : des visages, des corps, des silhouettes venus d’ailleurs, de très loin parfois, qui sont dans l’attente. En sursis, en transit. C’est d’abord cette situation, souvent sous tension, que nous raconte la septuagénaire Juliette Kahane dans Jours d’exil, son sixième livre. Elle se met en scène sous les traits d’Hannah, qui décrit son expérience de bénévole dans cet établissement désaffecté, occupé alors par un millier de migrants et rebaptisé « Maison des réfugiés ». Un élan irrépressible, de curiosité d’abord, puis de vraie solidarité, la pousse à épouser cette cause à deux pas de chez elle, refusant « l’indifférence, qui est l’ordinaire de la vie parisienne ». Encore habitée par son passé de militante, elle s’implique, remuée par ce qu’elle voit sur place. Tout se passe comme si sa fidélité à ses engagements de jeunesse, l’authenticité même de son existence, demandaient à être éprouvées là, dans cet endroit devenu organisme vivant, masse d’énergies errantes oscillant entre lassitude et gratitude, magma d’instincts de conservation : « fracas confus des vies désorganisées qui s’y trouvaient rassemblées par l’infortune », tributaires d’un « essaim d’autochtones qui bourdonnait autour ». « Bateau ivre », dira-t-elle aussi.
Ce qui frappe au fil des pages, c’est la position tout en distanciation contrariée d’Hannah. Seul moyen de se protéger un peu, sa retenue, sa présence en retrait ne parvient jamais totalement à canaliser des émotions contradictoires. Prenant chaque jour le risque de s’exposer à l’affection, elle raconte donc cet « autre monde » où s’entremêlent « la peur, la colère, l’idéalisme, la générosité, l’humour, la truanderie, la tristesse, l’espoir ». Mieux qu’un reportage au long cours, ce livre incarné pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses quant à l’accueil des migrants. Un beau témoignage de lucidité et d’empathie.

Anthony Dufraisse

Jours d’exil de Juliette Kahane
Éditions de l’Olivier, 186 pages, 18

Jours d’exil de Juliette Kahane Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°183 , mai 2017.
LMDA papier n°183
6.50 €
LMDA PDF n°183
4.00 €