La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’homme-machine

juillet 2017 | Le Matricule des Anges n°185 | par Anthony Dufraisse

Écrites il y a plus de quarante ans mais oubliées dans un tiroir par leur auteur, ces « histoires d’usine » trouvent finalement leur place dans une collection baptisée « Parler debout », qui se veut « édifiante », selon le terme de l’éditeur. Édifiants, ces textes largement autobiographiques le sont. Né en 1942, longtemps ouvrier ajusteur dans l’aéronautique puis ailleurs, Yves Le Manach parle en effet en connaissance de cause. D’expérience il sait, pour l’avoir ressenti au plus profond de sa chair, que le travail en usine est toxique. À force de répétitivité sous l’œil du chronomètre et du contremaître, les hommes y deviennent des « êtres rabotés par les exigences des machines ». « Je ne suis qu’un complément vulgaire de cette machine qui m’a annexé. Je ne suis que son prolongement humain et servile », déplore, usé, consumé, le narrateur d’un des nombreux textes qui compose cet ensemble acide et kafkaïen. À l’intérieur des ateliers mais aussi à l’extérieur, puisque l’usine imprègne toute la psychologie de l’homme jusqu’à le conditionner dans sa vie privée, et même dans ses besoins primaires, il est à peu près toujours question d’une aliénation apparemment indépassable. La vision est sombre d’un homme ayant intériorisé sa servitude. C’est que Le Manach observe, constate, dénonce la lente décérébration des uns, la silencieuse deshumanisation des autres, celle-ci bien plus forte qu’une fraternité de classe douteuse. « Producteurs sans humanité, les travailleurs sont les consommateurs de l’inhumanité », fulmine-t-il à un moment, renvoyant dos à dos collectivisme et libéralisme. Des années 70 à aujourd’hui, au fond, est-ce si différent ? Comme l’usine hier, notre société connectée ne produit-elle pas des spectres ? Pour être plus raffinées et ludiques, nos servitudes contemporaines n’en sont pas moins aliénantes.
Anthony Dufraisse

Je suis une usine, d’Yves Le Manach
Lunatique, « Parler debout », 217 pages, 20

L’homme-machine Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°185 , juillet 2017.
LMDA PDF n°185
4.00 €