La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie A hauteur de l’ange

juillet 2017 | Le Matricule des Anges n°185 | par Anthony Dufraisse

A hauteur de l’ange

Aujourd’hui, maman est morte », écrivait Camus en ouverture de L’Étranger. Poétesse stéphanoise née en 1970, Carole Dailly n’est pas aussi directe mais c’est bien à un face-à-face avec le deuil qu’elle se livre ici, dans ce troisième recueil au Réalgar, après Héritage des silences et Brute, pas pure. Adieux sans cesse ajournés, « tentative de recueillement », la poésie de Carole Dailly se fait prière pour dialoguer avec l’ombre aimée, par-delà le visible, « au-delà des larmes ». Invocation autant qu’évocation, et même convocation parfois quand le manque de l’être cher est à son comble, cette célébration de la figure maternelle butte sur l’indicible, l’inconnu, cet « Ailleurs » dont on ne sait rien. Obsédée par la question du « passage », de « la traversée », l’auteure interroge cet « intermède vertigineux, cet instant silencieux, qui emporte nos proches ». La parole suspendue à des signes d’outre-tombe ou en suspens – « bouche muette » – quand, précisément, font défaut les mots qu’il faudrait : « Tu n’es plus là mais c’est toi qui peux m’atteindre ». Alors il faut tout entier s’en remettre « à la présence » fugitive de la mémoire. Vestale des souvenirs partagés, Dailly dit encore et encore l’amour d’une mère et l’amour pour sa mère, comme on tisonne un feu pour l’entretenir. « Dire Maman » comme on dit je t’aime : « l’amour en écho », « l’amour encore comme ultime lien », « l’ultime amour », cette poésie se fait souvent démonstrative, à défaut d’accepter cette « interruption » définitive. « Je jette des mots d’amour dans le ciel », écrit ailleurs une Carole Dailly poignante. Le deuil ne s’apprivoise qu’au prix d’un lent détachement durement consenti. « De la mort comment faire de l’amour encore », tel est le défi éperdu d’une fille devenue ange gardien de sa mère disparue. À moins que l’ange ne soit la mère, qui escorte désormais la fille dans le monde de ceux qui restent, les vivants.

Anthony Dufraisse

À hauteur de l’ange de Carole Dailly
Le Réalgar, 56 pages, 10

Le Matricule des Anges n°185 , juillet 2017.
LMDA PDF n°185
4.00 €