La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’Eté infini de Madame Nielsen

septembre 2017 | Le Matricule des Anges n°186 | par Yann Fastier

Le lierre est une plante envahissante, imprévisible et même un rien désespérante mais il habille admirablement les ruines. On pourrait en dire autant de cette première traduction française de l’auteure, née et morte Claus Beck-Nielsen avant de renaître en 2011 sous le nom de Madame Nielsen, artiste et performeuse de la scène danoise. Insinuante, entêtante, digressive et capricieuse, sa prose tout en méandres pourrait agacer de prime abord si l’on ne comprenait bientôt qu’il s’agit d’abriter un tombeau. L’Eté infini aura été ce moment de grande innocence, au début des années 80, où un groupe de jeunes gens formant une sorte de petite communauté autour de la mère de l’une d’entre eux pouvait s’imaginer que cette union, cette mystérieuse entente, durerait toujours. L’amour, le bonheur, la réussite artistique, tout leur était dû et tout procéderait nécessairement de cette acmé. Il n’en sera évidemment rien, la réalité reprenant ses droits avec une indifférence cruelle, face à laquelle il n’est d’autre arme que l’ironie qui tient les défaites à distance.
De l’ironie, la vieille femme qui raconte cette histoire et qui, peut-être, était ce jeune garçon « qui est peut-être une fille mais ne le sait pas encore », cette vieille femme, qui donc est peut-être l’auteure, n’en manque pas. S’il s’agit bien pour elle de composer un requiem, c’est avec un apparent détachement qui jamais ne cède à l’élégie. Ce faisant elle invoque les mânes de la baronne Blixen (avec laquelle elle n’est pas sans cultiver une certaine ressemblance physique) : le lecteur français songera davantage à quelque version actualisée du Grand Meaulnes, où un mal que l’on n’osait alors nommer se chargerait, comme il le fit pour beaucoup, de siffler la fin de la partie, de l’enfance et de toute illusion.

Yann Fastier

Traduit du danois par Jean-Baptiste
Coursaud, Noir sur blanc, 176 p., 16

L’Eté infini de Madame Nielsen Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°186 , septembre 2017.
LMDA papier n°186
6.50 €
LMDA PDF n°186
4.00 €