La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Un oiseleur, Charles Morice

mars 2018 | Le Matricule des Anges n°191 | par Anthony Dufraisse

Un oiseleur, Charles Morice

À Saint-Étienne, nulle trace – « aucune rue, pas un square » – ne témoigne aujourd’hui de « l’authentique notoriété » de Charles Morice (1860-1919), à la fin du XIXe sicèle. L’a-t-on bien oublié ce publiciste du symbolisme. Lionel Bourg nous rafraîchit la mémoire dans une évocation à grands traits de cet homme qui aura très souvent tiré « le Diable par la queue ». Désargenté, certes, mais un sens artistique affûté. Bourg nous le montre dans le rôle sinon du découvreur, à tout le moins du passeur. Corbière et Verlaine lui doivent beaucoup. Ni la singularité de Camille Claudel ni celle de Picasso ne lui échappent, et pas moins l’œuvre de Gauguin. « Façon de justice », cet opuscule au style alerte se lit comme on regarde une comète.

A.D.

Un oiseleur, Charles Morice, de Lionel Bourg, Le Réalgar,
37 pages, 5

Le Matricule des Anges n°191 , mars 2018.
LMDA PDF n°191
4.00 €
LMDA papier n°191
6.50 €