La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Faire de la place

mai 2018 | Le Matricule des Anges n°193 | par Camille Decisier

Le Livre des places

Endroits d’où jaillissent les possibles, points de départ et d’arrivée concertés des cortèges autant que lieux des rassemblements spontanés, elles tiennent un rôle prépondérant dans l’expression de la pensée populaire. Grandes gueules de la ville, les places en sont aussi le cœur et les poumons, là où convergent et d’où s’échappent les flots de colère circulant dans les artères des métropoles. De la place Maïdan, à Kiev, qui vit la répression sanglante des manifestants de la Révolution de la Dignité en 2014 (109 morts), à la longue occupation de la place Nezavisimost de Sofia pour exiger la démission du gouvernement bulgare, en passant par Beyrouth, Barcelone, Tel-Aviv ou Le Caire, « une place publique est un lieu qui s’écrit, un lieu qui s’écrie, un lieu qui se récrie et se réécrit sans cesse » (Emmanuel Ruben). Elles n’ont pas toutes droit à la même postérité : au Japon, par exemple, la plupart des (rares) lieux de révolte, à compter de l’après-guerre, ont été soigneusement rebaptisés. Le parc du Triangle, à Osaka, après avoir été le haut-lieu de la résistance ouvrière et le refuge des derniers communistes japonais, est ainsi devenu un ghetto délabré où sont mis à l’écart les parias, les alcooliques, les oubliés de la croissance. À retenir, une analyse atypique de la place de la République, à Paris, à l’époque pas si lointaine de Nuit debout, « lieu de juxtaposition plus que de convergence (…), un lieu qui rend d’autres lieux possibles » (Valérie Gérard & Arno Bertina). Dans cet ouvrage écrit à une vingtaine de mains et presque autant de nationalités (journalistes, écrivains, philosophes, parfois directement témoins des faits), les éditions Inculte établissent une topologie réussie des places : aux identités propres à chacune d’entre elles répond la variété des styles, des tonalités et des angles de vue au fil de ces chroniques bigarrées, captivantes. Utile piqûre de rappel à l’aube d’un nouveau printemps social ? Camille Decisier

Le Livre des places, collectif, Inculte, 270 pages, 17,90

Faire de la place Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°193 , mai 2018.
LMDA papier n°193
6.50 €
LMDA PDF n°193
4.00 €