La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L' Artiste au couteau

mai 2018 | Le Matricule des Anges n°193 | par Thierry Guinhut

Le succès de Trainspotting et la faveur accordée à ses quatre antihéros conduisent Irvine Welsh à fouiller le filon sans faiblir. Il est pourtant hasardeux de compter sur les mêmes recettes et ficelles pour aligner les romans cousus de péripéties, de drames et de rebondissements. L’Artiste au couteau ne faillit pas à sa mission.
L’insupportable Begbie, autrefois « dépendant à la violence », s’est rangé : marié avec Melanie, spécialiste de l’art-thérapie rencontrée en prison, deux filles, une villa près de la mer en Californie. De la frustration, il est passé à « l’ivresse de la connaissance », et sous le nom de Jim Francis, le voici peintre et sculpteur. Artiste d’un certain renom, il paraît à l’abri de son passé sordide. Ce serait compter sans la diabolique imagination de son créateur.
L’un de ses fils, nés d’une première liaison sordide, qu’il ne connaissait plus depuis longtemps, est assassiné. Retournant en Écosse, il prend le chemin tortueux des retours en arrière sur sa vie de loser délinquant, mais aussi de la vengeance. Là il retrouve un monde où « les gens se chargent de leur propre élimination ». Il espérait que « le conte de fées qu’était sa vie, cette ascension du caniveau à une relative richesse, soit une source d’inspiration pour ses fils ». Peine perdue, la came, l’alcool et le banditisme ont eu raison d’eux. L’explosion meurtrière rencontrera le fratricide…
Comme à son habitude, Irvine Welsh mène son intrigue à la baïonnette, agitant un vocabulaire divers selon les classes sociales de ses personnages, jusqu’aux plus lourdes vulgarités. Ainsi les univers contrastés permettent une opposition bienvenue. Qui est Jim Francis Begbie ? L’artiste bien sous tous rapports qu’il a su devenir, ou le monstre de violence qu’il porte encore au fond de lui ? Divertissement proche du polar ou roman de société sagace, telle est la question…

Thierry Guinhut

L’Artiste au couteau d’Irvine Welsh
Traduit de l’anglais (Écosse) par Diniz Galhos,
Au diable vauvert, 480 pages, 22

Le Matricule des Anges n°193 , mai 2018.
LMDA papier n°193
6.50 €
LMDA PDF n°193
4.00 €