La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier James Baldwin
« Un penseur de l’identité »

juillet 2018 | Le Matricule des Anges n°195 | par Valérie Nigdélian

Par sa capacité à donner une dimension universelle à son expérience personnelle, à faire résonner le subjectif dans le politique, Baldwin a su questionner l’inhumanité de son temps. Mais son œuvre, précisément par sa propension à déconstruire les catégories, demeure un outil capital pour penser la place de l’individu dans le monde contemporain.

Il faut lire et relire James Baldwin, LE grand écrivain de la question raciale et identitaire, indépassable et indispensable. » C’est le credo de Samuel Légitimus, acteur, metteur en scène et infatigable fondateur du collectif Baldwin en 1993, dont l’une des missions initiales est de maintenir la présence de Baldwin en France et de transmettre son message au plus grand nombre, à travers diverses actions (conférences, débats, lectures, projections, expositions…). Croisons ce regard militant à celui de l’universitaire Jean-Paul Rocchi, professeur à Paris-Est Marne-la-Vallée et spécialiste de littérature africaine-américaine et de théorie queer, auteur d’une thèse consacrée à Baldwin (James Baldwin : écriture et identité), afin de révéler toute l’ampleur de l’œuvre baldwinienne et l’arracher à la « tyrannie des origines ».

Ce qui frappe avant tout chez Baldwin, c’est l’intensité de sa présence, de son écriture, de son engagement. Dans le très bel hommage qu’elle signait dans le New York Times en 1987 après la mort de l’écrivain, Toni Morrison évoquait le triple cadeau que celui-ci lui avait fait – à elle et sans doute toute une génération d’écrivains – : une langue, pleine d’humanité, de beauté et de vérité nue ; un courage, fondé sur l’intelligence et la compassion ; et enfin une immense sensibilité. Comment cette postérité se manifeste-t-elle aujourd’hui ?
Jean-Paul Rocchi : C’est certainement à l’intensité de ce type d’hommage que l’on mesure le passage à la postérité d’une œuvre littéraire. Toni Morrison fut aussi le maître d’œuvre de la canonisation des écrits de James Baldwin en dirigeant les deux volumes de The Library of America (1998) – l’équivalent américain de La Pléiade – qui rassemblent ses essais et ses textes de fiction. La génération de Toni Morrison s’est bien sûr réclamée de lui mais son influence, stylistique et politique, est également perceptible chez les écrivains des années 90 tels que Essex Hemphill, Assotto Saint, Melvin Dixon ou Sapphire et jusque chez les auteurs africains-américains de l’extrême contemporain comme Ta-Nehisi Coates, dont le best-seller Une colère noire (2015), une lettre adressée à son fils, s’inspire directement de la fameuse Lettre à mon neveu écrite par Baldwin en 1963 reproduite dans La Prochaine Fois, le feu. Mais plus frappant encore est l’impact physique – les mots qui touchent, la voix qui s’incarne, la présence qui s’imprime – que l’œuvre et son auteur, l’une prolongeant l’autre, ont eu sur ceux qui ont croisé la route transatlantique de Baldwin. Nombre d’entre eux témoignent que sa rencontre ou sa lecture ont changé leur vie. Cette postérité-là, qui fait du grand écrivain respecté l’artiste populaire dont on se souvient intimement, peu d’auteurs peuvent s’en prévaloir. Baldwin est de ceux-là.

Samuel Légitimus : Le début de la renaissance de Baldwin date réellement de 2014. Cette année-là, deux jeunes Noirs, Trayvon Martin et Michael Brown, étaient assassinés...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°195
6.50 €
LMDA PDF n°195
4.00 €