La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Absence et présence du texte théâtral

octobre 2018 | Le Matricule des Anges n°197 | par Patrick Gay Bellile

Absence et présence du texte théâtral

Pendant longtemps il fut question au théâtre de monter un texte pour indiquer que le projet était de faire passer ce texte du livre à la scène, et donc pour les comédiens de l’interpréter et de le jouer. Aujourd’hui les choses ont changé. La place du texte n’est plus la même, il n’est plus l’unique élément pris en compte même s’il reste encore souvent le point de départ. C’est cette transformation, ce cheminement, qu’analyse Joseph Danan, à partir d’exemples concrets, de spectacles qu’il a lui-même vus et dont il peut donc parler de manière tout à fait concrète et précise. Et cela donne un petit livre lumineux, reliant et donnant un sens aux nouvelles ou plus anciennes formes théâtrales dans leur rapport au texte. L’auteur tente un tour d’horizon des différentes manières de traiter le texte sur un plateau. Quand Romeo Castellucci présente au Festival d’Avignon L’Enfer de Dante, spectacle quasiment muet avec quelques paroles qui ne sont pas de Dante, le texte est absent, il ne s’agit donc pas d’une adaptation : Castellucci « s’est nourri du texte de Dante, immergé dans le fleuve de l’Enfer pour créer une œuvre scénique autonome ». Quand Beckett remplace le texte par une description didascalique de l’action scénique, il y a semble-t-il une volonté d’aller au cœur des choses et donc au-delà des mots. Finalement le texte ne serait qu’un matériau que l’on peut travailler, couper, traduire, improviser, ou même supprimer. Joseph Danan nous rappelle au passage que le texte de théâtre fut un objet conçu par les libraires-éditeurs au XVIIe siècle, à partir des paroles prononcées par les comédiens, paroles improvisées nées des corps en action et en mouvement. Et donc « il nous sera apparu avec insistance qu’il n’y a pas de vrai texte, de texte originel qui puisse justifier qu’on lui confère une dimension d’absolu ». Alors, le texte, absent ou présent ? L’auteur renvoie finalement la question au spectateur qui aura « en sortant de la salle, parfaitement entendu le texte et s’en réjouira, alors que pour telle ou tel autre, ç’aura été le cadet de ses soucis ». PGB

Absence et présence du texte théâtral
de Joseph Danan
Actes Sud-Papiers, 96 pages, 13

Le Matricule des Anges n°197 , octobre 2018.
LMDA papier n°197
6.50 €
LMDA PDF n°197
4.00 €