La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Anatomie de l’amant de ma femme de Raphaël Rupert

octobre 2018 | Le Matricule des Anges n°197 | par Yann Fastier

Anatomie de l’amant de ma femme

Architecte en rupture de plans, Raphaël en profite pour se lancer dans l’écriture. Il a d’ailleurs une théorie, là-dessus : un bon roman doit associer deux trucs qui n’ont rien à voir ensemble. Le sien associera donc Shoah et pétomanie. Les choses n’avançant pas comme elles devraient, Raphaël, désœuvré, s’en va fouiner dans le journal intime de son épouse et découvre qu’un dénommé Léon en aurait une bien plus grosse que lui. Quelque peu outré, il aimerait tout de même bien en savoir davantage… Ainsi résumé, ce premier roman d’un plus si jeune urbaniste pourrait passer à première vue pour une bonne grosse gaudriole. Et, de fait, c’en est bien une, de gaudriole, authentique et assumée, tout en étant bien autre chose. Car l’auteur est manifestement d’abord un (gros) lecteur et son roman tout autant une réflexion érudite sur ce que doit être la littérature qu’une enquéquête pleine d’autodérision sur la taille idéale de notre engin. Ce que Raphaël cherche avant tout – même blessé dans son orgueil de mâle moyen – ce sont des explications : en quoi la littérature nous éclaire-t-elle sur le monde et la place que nous y occupons ? Quels rapports mystérieux entretient-elle avec la sexualité ? Et qu’est-ce que ce salaud de gros queutard peut bien avoir de plus que moi ?
Autant dire que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde à la lecture de cette alerte et prometteuse autofriction, dont le délire s’emballe jusqu’à l’apothéose qui verra Raphaël, incarnant enfin son sinistre héros, péter son aise dans un uniforme de SS. Et soudain l’on s’avise avec un plaisir redoublé qu’on s’est bien fait rouler dans la farine : car sous couvert d’une histoire qui part allègrement en couille, l’auteur a bel et bien rempli son cahier des charges initial et fait cohabiter – si l’on ose dire – deux trucs que, dans notre innocence, l’on croyait jusqu’ici parfaitement antinomiques : la grande littérature et les grosses teubs.
Yann Fastier

L’Arbre vengeur, 198 pages, 14

Anatomie de l’amant de ma femme de Raphaël Rupert Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°197 , octobre 2018.
LMDA papier n°197
6.50 €
LMDA PDF n°197
4.00 €