La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Basse lumière d’Amaury da Cunha

octobre 2018 | Le Matricule des Anges n°197 | par Anthony Dufraisse

Bien réelles ou mentales, vécues ou fantasmées, les images sont des pelotes de nerfs, des écheveaux d’émotions contrastées. Et souvent d’ailleurs pelotes d’épingles, qui piquent au cœur, qui piquent les yeux. « Certaines images continuent longtemps de vous hanter », écrit le photographe Amaury da Cunha qui dialogue ici avec ses visions : souvenirs d’images parfois, parfois images de souvenirs, toujours morceaux d’espace-temps. Sous nos yeux, il feuillette son album intérieur, arpente sa chambre noire. Noires comme les ombres qui tricotent la lumière, « cette sorte de langage qui nous entoure », dit Pierre Bergounioux cité en exergue. Et Amaury da Cunha de vouloir mettre des mots sur celles des images, de l’enfance ou d’un présent proche, qui le travaillent, soit qu’elles troublent, soit qu’elles trompent. Se dédoublant, il (se) parle sans rien affirmer mais comme l’on avance à tâtons dans une pièce aveugle, avec pour seul point de repère ce timide rai de lumière qui filtre sous la porte, sans qu’on le sache rassurant ou inquiétant. Qu’y a-t-il derrière ? Si, comme le dit l’auteur, « photographier est une très grave opération », cette gravité doit aussi être comprise dans un sens physique, c’est-à-dire un étrange phénomène d’attraction. Récit et réflexion tout à la fois, ce livre sans photo (hormis la couverture, tout en clair-obscur, à l’image – sic – du livre) confirme en effet la loi de la gravité photographique : la chute des corps, qu’il s’agisse des êtres ou des objets. Ils apparaissent pour mieux disparaître.
Tenant de l’exercice de remémoration et de la visualisation kaléidoscopique, Basse lumière gravite – décidément on y revient – autour des persistances rétiniennes pour voir ce qu’il y a en dessous, au-delà. Avec l’avide mais vain espoir de faire aboutir « cette recherche de l’image fondatrice », celle par quoi tout a commencé. Tout ? Une certaine façon de voir le monde, c’est-à-dire de le vivre et de le désirer.
Anthony Dufraisse

Filigranes, 63 pages, 10

Basse lumière d’Amaury da Cunha Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°197 , octobre 2018.
LMDA papier n°197
6.50 €
LMDA PDF n°197
4.00 €