La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La Vie des bord(e)s

avril 2019 | Le Matricule des Anges n°202 | par Laurence Cazaux

Sandrine Roche continue de nous surprendre avec ce nouveau texte matériau et sa langue joueuse. À l’image de son titre, La Vie des bord(e)s. Le caillou, la fleur et le bûcheron, cette pièce résonne comme un hymne au féminin et à la joie de vivre. Elle se décline en plusieurs parties entremêlées. Tout d’abord un carnet de voyage à l’écriture plutôt classique, évoquant la colonisation d’une jungle-paradis terrestre. Puis un conte sur le royaume de Saxi/Vent, où l’autorité du roi va être remise en cause suite à l’éclosion d’une plante qui met en joie les habitants et leur donne des envies d’insurrection. Dans ce conte, l’auteure s’amuse à mélanger les langues, français, italien, anglais et allemand se côtoient dans un joyeux brouhaha qui donne l’impression d’un voyage plein d’humour autour des mots et d’un métissage d’écriture. Enfin, ce court récit est entrecoupé de huit Brèches. La brèche est féminine. C’est un endroit où il fait bon s’engouffrer. Sandrine Roche y parle d’ensemencement sous toutes ses formes. Elle imagine par exemple le féminin des mots : « MOTTE est le féminin de MOT. Parcelle de terre détachée du sol. Un tas. Prêt à accueillir la vie. (…) L’herbe folle émerge de la MOTTE ; elle sort du cadre ; elle envahit. »
Sandrine Roche reprend la théorie de Gilles Clément sur les voyageuses, ces plantes qui s’installent au gré du vent et que les humains considèrent à tort comme des mauvaises herbes à arracher. Pour lui, les espèces et les gènes doivent circuler. La Vie des bord(e)s développe cette métaphore, en critiquant notre société occidentale qui, sous couvert de sécurité, bride les libertés et ferme ses frontières. Cette vie qui déborde est un texte de résistance pouvant donner lieu à une jolie partition chorale. L’auteure, qui est aussi comédienne, a mis en jeu ce texte sous forme d’un opéra pop, avec le bruit des mots pour axe de recherche. Voilà un texte réjouissant, à proférer avec jubilation !

L. Cazaux

La Vie des bord(e)s de Sandrine Roche
Éditions Théâtrales, 46 pages, 9,50

Le Matricule des Anges n°202 , avril 2019.
LMDA papier n°202
6.50 €
LMDA PDF n°202
4.00 €