La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais L’exception tunisienne

avril 2019 | Le Matricule des Anges n°202 | par Catherine Simon

De Carthage à Sidi Bouzid, Sophie Bessis arpente trois mille ans d’Histoire – riche en paradoxes – d’un seul souffle.

Histoire de la Tunisie. De Carthage à nos jours

D’abord, le plaisir. Il est rare que l’Histoire se lise comme une histoire : avec l’envie, s’aiguisant d’épisode en épisode, de connaître la suite, alors même que l’on sait d’avance que ce récit n’aura pas de fin puisqu’il s’agit d’Histoire, et que certains personnages ou événements nous sont familiers. Didon, princesse phénicienne, Hannibal et ses armées, les frères Barberousse et leurs navires corsaires, sans parler de Bourguiba, Commandeur moderniste, ou de son successeur, le triste Ben Ali, « dégagé » par la rue le 14 janvier 2011 : de la Tunisie, chacun a une image, fragmentaire souvent et toujours lacunaire.
De nombreux ouvrages ont été consacrés à l’histoire tunisienne. La plupart s’adressent à des spécialistes, chercheurs ou étudiants. C’est à ceux-ci aussi, mais aux autres surtout, aux curieux, aux intrigués, à « un public intéressé par un pays dont l’histoire est plus vaste et plus profonde que ne le laisse supposer la modestie de son territoire », que s’adresse le livre de Sophie Bessis. Pari réussi, et plus encore : l’Histoire de la Tunisie. De Carthage à nos jours est un ouvrage qui fera date – au-delà des seules rives de la Méditerranée. Il marie la rigueur de l’historienne et la souplesse d’une écriture rodée au journalisme et au professorat. C’est un classique que l’on dévore.
Mieux : en cinq cents pages, voici, non pas résumés, mais racontés en une époustouflante synthèse trois mille ans d’histoire. Voici retracées, sur le temps long, la naissance et la construction d’un pays. Voici mises en lumière les filiations, les récurrences, autant que les points de rupture : l’histoire apparaît comme un tout, un souffle puissant, avec ses flux et ses reflux. De la Carthage punique à l’Africa latine et à l’Ifriqiya médiévale, de la conquête arabe à la Régence ottomane et au Protectorat français, de l’Indépendance à la révolution de 2011 et aux interrogations d’aujourd’hui (le livre s’arrête en 2015), se dessinent les contours d’un pays singulier. La géographie donne le la : c’est sur le littoral que se concentrent le pouvoir et la prospérité, c’est là, tournées vers l’Europe et l’Orient tout ensemble, que se construisent les villes où affluent les populations en quête de travail – la cité-État de Carthage, fondée en 814 avant J.-C., en est le premier exemple.
Dès l’Antiquité, la Tunisie – territoire peu montagneux, dont les frontières ne vont guère varier au fil des siècles – est le pays le plus urbanisé du Maghreb, loin devant l’Algérie et le Maroc. L’opposition entre les régions de l’intérieur et le littoral, entre bédouins et sédentaires, entre des élites aux pôles d’intérêt divergents, cette opposition a des racines anciennes. La révolte des tribus de l’intérieur, en 1864, à l’époque de la Régence, se transforma en insurrection générale avant d’être noyée dans le sang. Cette page de l’histoire, un peu oubliée, est ici rappelée et précisément décryptée. Elle fait écho, évidemment, aux prémices de la révolution de 2011, qui a vu le triangle dissident Sidi Bouzid-Kasserine-Thala, fiefs de la Tunisie déshéritée, devenir l’épicentre du soulèvement de populations, prises entre un désir d’État-providence et le rejet brutal de ce même État.
Refusant tout raccourci, explorant les arcanes d’une histoire riche en paradoxes et en contradictions, l’auteure de L’Occident et les autres. Histoire d’une suprématie (La Découverte, 2014) sait, à l’instar de Paul Ricœur, que « le passé a eu lieu » et qu’il est difficile de l’effacer. C’est la singularité de la Tunisie, où elle-même est née et a grandi, que Sophie Bessis interroge. Contrairement à ses voisins algérien et marocain, aux sociétés moins unifiées (du fait, entre autres, de l’importance des populations berbères), la Tunisie, ou, du moins, ses élites citadines, ont fait montre, dans l’ancienne Africa punique, face aux conquérants romains, comme dans les années 1830, période qui a vu le pays passer de la domination des Ottomans à celle des Français, d’une capacité rare à composer et à négocier. Voire à « tunisifier » l’étranger, à l’ingérer en quelque sorte.
La guerre n’est pas la seule solution, semble répéter, d’une époque à l’autre, la patrie d’Hannibal – qui n’a pas toujours, loin de là, réussi à échapper aux massacres. Cette aptitude au débat a permis, en 2014, à la jeune Tunisie d’après Ben Ali, de trouver un compromis sur la nouvelle Constitution, objet de discussions passionnées dans tout le pays : les islamistes d’Ennahdha et les forces séculières ont fini par se mettre d’accord. « Le pire a été évité au prix, il est vrai, de l’adoption d’un texte constitutionnel truffé de contradictions », relève l’auteure.
L’expérience de la révolution tunisienne, unique dans le monde arabe, est le produit d’une longue histoire. À la fois savant et accessible, l’ouvrage de Sophie Bessis en donne les clés – sans conclure. Une belle leçon de tunisianité…
Catherine Simon

Histoire de la Tunisie. De Carthage à nos jours, de Sophie Bessis
Tallandier, 526 pages, 23,90

L’exception tunisienne Par Catherine Simon
Le Matricule des Anges n°202 , avril 2019.
LMDA papier n°202
6.50 €
LMDA PDF n°202
4.00 €