La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Exercice de reconstruction

juin 2019 | Le Matricule des Anges n°204 | par Anthony Dufraisse

Jean-Marie de Busscher ? Un histrion, un curieux larron, nous dit Jacques Damade, l’inspiré éditeur des chroniques de l’ancien pilier, disparu en 2001, de la revue Charlie-Mensuel. C’est assez dire que le bonhomme, architecte lettré et historien averti, a l’art et la manière de ne pas prendre de manières avec l’histoire de l’architecture. Ce qui l’intéresse avant tout ? « Les faits de reconstruction » après la Grande Guerre. Car les vieilles pierres, comme les soldats, comptent dans leur rang bien des gueules cassées. Or la chirurgie réparatrice n’aura pas toujours été judicieuse. « Chaque époque qui, après avoir traversé une épreuve, touche à sa fin, se replie sur elle-même pour mieux chercher à comprendre le sens caché de sa dynamique. Ce “self-défense” socio-esthétique nous vaut une architecture pénétrée d’un historicisme aigu qui ne craint pas, comment ne pas s’en réjouir, de s’allier aux pastichismes les plus théâtraux. » Chemin faisant sur les terres meurtries par la Première Guerre mondiale, de Chauny à Soissons en passant par la ligne Maginot ou Blérancourt, Busscher ausculte le patrimoine, mêlant savamment l’anecdote et le docte propos. Il bûche son sujet avec la facilité d’un surdoué qui se laisse aller, sûr de ses capacités, à quelques détours et digressions. Détours par l’autobiographie et digressions à discrétion qui finissent toujours par raccrocher les wagons de la cohérence. D’où la présence nombreuse – mais ô combien savoureuse ! – de notes que l’éditeur a choisi de réunir en fin de volume plutôt qu’en bas de page. Pour nous éclairer et pour son plus grand plaisir de beau parleur, Busscher en use et en abuse. Résultat, ces suppléments d’âme occupent un bon tiers du recueil et l’on y cueille bien des merveilles de drôlerie et d’ironie. Bref, après L’Art patriotico-tumulaire paru à la même enseigne, on tient là un petit monument d’érudition roborative. Anthony Dufraisse

Dommages de guerre, de Jean-Marie de Busscher
La Bibliothèque, 147 pages, 14

Exercice de reconstruction Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°204 , juin 2019.
LMDA papier n°204
6.50 €
LMDA PDF n°204
4.00 €