La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Martin de Tours, de Mina Süngern

juin 2019 | Le Matricule des Anges n°204 | par Yann Fastier

Quiconque est allé un jour au catéchisme n’aura pas manqué d’y croiser saint Martin, légionnaire, inventeur du pet-en-l’air et de la BA. En ce qui concerne Mina Süngern, c’est au coin d’un guide de voyage en Val de Loire qu’elle tombe sur le futur évêque et décide derechef de s’en faire la nouvelle hagiographe, après Sulpice Sévère et Grégoire de Tours. Hagiographe incrédule, toutefois, qui s’applique à dédorer la légende en restituant le personnage à son cadre historique. À partir de cinq épisodes bien connus de la vie du saint, restitués par autant de témoins, elle compose une série de tableaux où vient s’inscrire en creux sa silhouette, par une habile inversion du projet biographique. Plutôt que de tableaux, peut-être vaudrait-il mieux d’ailleurs parler de tapisseries, tellement toute illusion de profondeur s’efface au profit du plan, vertical et sans hiérarchie, où le moindre détail – le trajet d’une goutte d’eau, le chant d’une mésange – n’a pas moins de présence et de netteté que le sujet principal.
Pas moins, plutôt plus : car Martin reste le grand absent de ces textes, qui n’apparaît qu’à la manière de ces jeux où l’on doit retrouver une figure à travers le fouillis d’un décor : un saint est caché dans ce paysage, saurez-vous le retrouver ? L’y a-t-on déniché que son action prend un caractère d’incompréhensible étrangeté, un air de scandale qui la rend illisible aux témoins dont elle bouleverse le système de valeurs : que faire d’une moitié de manteau ? se demande le miséreux que secourt Martin. Quel est ce jeu cruel ? s’interroge l’esclave tétanisé qu’il prétend traiter en frère. Et l’on mesure alors toute la violence avec laquelle s’impose à toute une société le christianisme naissant. Pour le monde païen, loin des images pieuses, la religion d’amour n’est rien moins que la religion des maîtres, l’expression renouvelée d’une domination, selon une logique historique dont Mina Süngern rend parfaitement compte, avec un beau mélange de facétie et de sérieux.
Yann Fastier

Illustrations de Frédérique Loutz, avec la complicité d’Hermine, Les éditions du Chemin de fer, 96 pages, 12,50

Martin de Tours, de Mina Süngern Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°204 , juin 2019.
LMDA papier n°204
6.50 €
LMDA PDF n°204
4.00 €