La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Regarder

juin 2019 | Le Matricule des Anges n°204 | par Virginie Mailles Viard

C’est par une scène d’interrogatoire musclé que s’ouvre le nouveau roman de Serge Mestre. Sur le tabouret, Gerta Pohorylle résiste à la vague fasciste qui déferle sur l’Allemagne. Nous sommes en 1933. La jeune femme mourra en 1937, sous son nom de reporter photographe, Gerda Taro, tenant à bout de bras son appareil photo, en pleine guerre d’Espagne. Elle ferait presque partie des oubliés de l’Histoire, celle que l’on ne connaît que par son compagnon, Robert Capa. C’est à elle qu’il doit son nom, elle qui lui suggère de ne plus signer ses photos André Friedmann.
Serge Mestre déroule le film d’une courte vie menée tambour battant : Gerta fuit l’Allemagne pour la France. À Paris, elle retrouve des camarades d’exil, et très rapidement fréquente le café Capoulade, et Montmartre. Alors que la capitale résonne des cris de haine des militants de l’Action Française et des Camelots du roi, elle trouve refuge chez Lilo et Fred Stein. Autour d’elle se dessine une fresque d’artistes et d’intellectuels français et émigrés, avec les photographes Philippe Halsman, Henri Cartier-Bresson, ou encore Herbert Frahm (dit Willy Brandt), qui depuis son exil dirige les Jeunesses ouvrières socialistes allemandes. André Friedmann, qui jusque-là restait bord cadre, surgit au centre de la photo, et devient son amant. Il l’initiera à la maîtrise du Rolleiflex, et aux enjeux de la photographie : être au plus près de son sujet, « parce que la photo était une opinion  ». Leur rencontre scelle le destin et la naissance de deux grands personnages, Robert Capa et Gerda Taro. Par sa mise en scène si documentée et si vivante, l’auteur scelle un attachement profond entre le lecteur et cette vaillante reporter de guerre. Regarder révèle le portrait d’une jeune femme indépendante, amoureuse de plusieurs hommes à la fois – ce qui tourmentera Capa – mais surtout, une reporter de terrain, en quête de l’ultime photo, du dernier espoir : celle d’une République espagnole libre et triomphante. Une Espagne qui lui ressemble. Virginie Mailles Viard

Regarder de Serge Mestre
Sabine Wespieser éditeur, 224 pages, 19

Le Matricule des Anges n°204 , juin 2019.
LMDA papier n°204
6.50 €
LMDA PDF n°204
4.00 €