La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Limonades et petites pépées

septembre 2019 | Le Matricule des Anges n°206 | par Éric Dussert

Certains se lamentent du délitement des liens sociaux dans les mégalopoles, d’autres prennent le pichet par l’anse et, de chroniques en petits livres, montrent qu’il subsiste un lieu où se jouent encore et toujours les échanges les plus divers, jusqu’au plaisir de l’autre, où se conquièrent possiblement détente et observation, tout en jouissant de la libation et, si le cœur en dit, du commentaire gratuit (dit aussi « propos de zinc »). Ce lieu c’est le café. Didier Blonde, flâneur parisien, a réuni les notes prises durant ses nombreuses stations assises pour rendre hommage à l’immarcescible gloire des limonadiers et de ses contemporains avides, comme lui, de commerce humain sans engagement.
Il y a peu Stéphan Lévy-Kuentz avait établi la Métaphysique de l’apéritif (Manucius) et Patrick Cloux refaisait l’histoire culturelle de Popu Au grand comptoir des Halles (Actes Sud). Blonde a pour sa part additionné les petits faits du consommateur attentif, la note et les usages, le nom des serveurs, ou s’est rappelé ce film tourné au Zimmer, incongru havre à tapis plutôt rococo à l’ère numérique – il est à deux pas du Dernier bar avant la fin de monde qui a hérité son enseigne d’un film de zombies. Didier Blonde est plutôt amateur de fantômes : « Mes rêveries, et mes rêves, trouvent leur place dans deux lieux de la ville que tout semble opposer, mais qui souvent se font face, ces cafés, transparents, ouverts sur la rue, et ces cimetières, clos de murs, que j’aurais tous beaucoup fréquentés. Je vais sans cesse des uns aux autres. Ce sont les deux pôles de mon imaginaire. J’aime, assis à ma table, regarder, de tous mes yeux, les vivants, anonymes, et rappeler le souvenir des disparus, qu’on oublie, sous leur marbre, comme alternent l’ombre et la lumière, le jour et la nuit. » Et Blonde n’a pas les yeux dans sa poche : son livre est un autoportrait de l’auteur en amateur de jolies filles perdues dans leur lecture au café. L’œil toujours se régale au débit. Éric Dussert

Cafés, etc., de Didier Blonde, Le Mercure de France, 126 pages, 13

Limonades et petites pépées Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°206 , septembre 2019.
LMDA papier n°206
6.50 €
LMDA PDF n°206
4.00 €