La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Arbres de Nicole Drano Stamberg

septembre 2019 | Le Matricule des Anges n°206 | par Dominique Aussenac

Fahrenheit 451, roman d’anticipation de Ray Bradbury décrit un régime totalitaire qui éradique toute pensée alternative en brûlant les livres. Des humains rebelles se les réapproprient en les apprenant par cœur. Des hommes-livres ! Des livres aux arbres, il n’y a qu’un pas ou de la pâte à papier… Interpeller la présence hiératique et tutélaire des arbres, leur puissance cosmique, leur demander de nous aider à rester vigilants face à la folie du monde, à les protéger, à continuer à instiller la beauté, l’amour, telle est ici la démarche de Nicole Drano Stamberg (plus d’une vingtaine de recueils de poésie à son actif). Elle n’enlace pas frontalement et éperdument l’arbre, elle se place en retrait pour mieux l’accueillir, l’observer, le révéler, l’habiter. Sous-titré « amitiés des solitaires et des obscurs », Arbres donne la part belle à l’olivier « noir et blanc qui bouge », « exultant de paix, de prospérité ». Il débute et clôt le recueil. « Attends un instant olivier qui murmure. / Dans les premières exaltations du jour/ Je te dirai quelque chose de merveilleux/ à voix basse. » Parmi les ligneux anachorètes figurent aussi le cèdre, sombre protecteur et le chêne vert. Pour les effacés : l’arbousier, le sophora, manguier, baobab, acacia, cormier, micocoulier… Ils fréquentent la garrigue natale, s’élèvent devant la porte, rue des Lierles ou en Afrique, au Sahel, aperçus lors de pérégrinations humanitaires. La plupart des poèmes sont composés d’un à trois haïkus qu’un texte en prose plus dense semble commenter. Sollicitant souvent un questionnement, il brocarde, loue, chante, instaure un dialogue avec l’arbre lui-même, le Poème, l’être aimé, un Très Haut très laïque… Zébré de lyrisme à la fulgurance solaire, balayé par une mélancolie lucide, douce-amère, le recueil invite à reconsidérer notre cohabitation avec le végétal, son cri primal, sa lente agonie et définir ainsi une autre présence au monde.
Dominique Aussenac

Rougerie, 116 pages, 13

Arbres de Nicole Drano Stamberg Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°206 , septembre 2019.
LMDA papier n°206
6.50 €
LMDA PDF n°206
4.00 €