La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Maître des horloges

novembre 2019 | Le Matricule des Anges n°208 | par Yann Fastier

Au fil de nouvelles empreintes de nostalgie, l’une des principales figures de la littérature serbe contemporaine arrête le temps.

Tout ce que je sais du temps

Il arrive parfois que le critique, confondu, cesse de feindre : non, il n’est pas ce Pic de La Mirandole arpentant en propriétaire les couloirs tortueux de la Littérature et, le plus souvent, sa connaissance de l’auteur qui lui échoit se réduit à sa fiche Wikipédia ou bien au prière d’insérer de l’éditeur. Tout rougissant, on l’avouera donc : on n’avait jamais rien lu de Goran Petrović, ni Soixante-neuf tiroirs (Le Rocher, 2003), ni Le Siège de l’église Saint-Sauveur (Seuil, 2006), ni Sous un ciel qui s’écaille (Les Allusifs, 2010), ni même Atlas des reflets célestes (Noir sur blanc, 2015). On ne sera pas donc tenté de leur comparer ces nouvelles, issues de différents recueils inédits en français et réunies sous le signe d’une identique tendresse. Car s’il y est bien question du temps, c’est avant tout sur le mode du souvenir et d’une certaine nostalgie de l’enfance, de celle qu’on éprouve à retrouver, sur de vieilles photos, des visages oubliés. C’est bien d’ailleurs un dispositif de ce genre qu’adopte l’auteur dès la première nouvelle où, à raison d’une photo par an, de la naissance à la vingt-deuxième année, s’élabore un « Jeu des différences » où ce qui nous apparaissait autrefois gigantesque finit par se réduire et se ratatiner aux dimensions trop étriquées du présent : « Et ainsi de suite, autour de nous tout s’amenuise, rétrécit, alors qu’en fait c’est nous qui devenons de plus en plus petits ou de moins en moins curieux, en tout cas toujours moins disposés à être séduits, et cela exactement à la vitesse à laquelle nous mûrissons ». Cette « disposition à être séduits », c’est elle qu’il s’agira donc avant tout de retrouver, d’une histoire à l’autre, entre évocations et anecdotes. La cour de l’immeuble était alors le centre du monde, peuplé de gens fascinants et supérieurs pour certains (« La cour »), quand on ne montait pas des expéditions clandestines – au risque des parents et des contrôleurs moustachus – pour aller contempler la statue d’une femme nue dans le parc de la ville voisine (« Cours additionnels de connaissance de la nature et de la société »)
Toutes les nouvelles n’empruntent pas, toutefois, à ce même registre d’indulgence amusée pour un pays perdu qui serait celui de l’enfance. Car ce pays se nommait également Yougoslavie et la guerre, une guerre innommée le plus souvent, une guerre « en creux », est néanmoins partout présente. Elle ne l’est jamais autant que dans « La Vierge, et autres rencontres » où, dans une petite gare de campagne où le train de l’Histoire a fini par s’échouer, la figure d’une jeune femme allaitant son bébé semble seule en mesure d’arrêter la barbarie montante : « La jeune femme posa son regard sur les soldats pour la première fois. Mais la douceur de son visage ne se dissipa pas. Elle les regardait comme si sa mansuétude n’avait aucune limite, vraiment aucune. »
Et c’est finalement cette mansuétude elle-même qui imprègne l’ensemble des nouvelles, jusqu’aux textes les plus métaphoriques, tel ce « Tableaux d’une exposition » qui voit les monochromes blancs d’une galerie très contemporaine se changer un instant en fenêtres ouvertes sur la vie ou bien « Tout ce que je sais du temps », qui donne son juste titre au recueil et où l’auteur, en douze chapitres, fait le tour du cadran pour évoquer la figure de son père à l’aide des différentes montres, pendules et réveils qui tictaquèrent leur commune existence, faite de bien plus de silences que d’aveux.
Tendresse, mansuétude, indulgence : toutes substances qui, n’en déplaise aux cyniques, ne collent pas aux doigts et n’empêcheront personne et surtout pas le critique ignorant mais définitivement conquis de se jeter incontinent sur le reste de l’œuvre de Goran Petrović. Qui, rappelons-le une fois pour toutes, n’a pas signé les musiques des films de Kusturica.

Yann Fastier

Tout ce que je sais du temps, de Goran Petrovićć
Traduit du serbe par Gojko Lukić,
Noir sur blanc, 256 pages, 19

Maître des horloges Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°208 , novembre 2019.
LMDA papier n°208 - 6.50 €
LMDA PDF n°208 - 4.00 €