La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire À l’ombre de la cerisaie

mai 2020 | Le Matricule des Anges n°212-213 | par Yann Fastier

Avec un enthousiasme communicatif, l’un des derniers contemporains de Tchékhov nous fait partager sa passion de toute une vie.

Il y avait le Dostoïevski de Gide et le Genet de Sartre, il y aura désormais le Tchékhov de Tchoukovski. Traduit pour la première fois en français, il prend instantanément rang parmi ces rares ouvrages de critique littéraire qui vous ouvrent une œuvre et la déploient sous vos yeux en une éclatante synthèse plutôt que de l’émietter façon puzzle en savantes et desséchantes analyses. À la lecture, on apprendra pourtant bien peu de choses, et de l’homme et de l’œuvre. Peu d’éléments biographiques stricto sensu (pour une véritable biographie, on se reportera par exemple à Anton Tchékhov : une vie, de Donald Rayfield (Louison éditions, 2019)), presque rien sur le théâtre en tant que tel, par exemple, mais une telle passion qu’elle vous prend par la manche et ne vous lâche plus que vous n’ayez lu ou relu les trois volumes de la Pléiade.
Si peu qu’il soit connu sous nos longitudes, Korneï Tchoukovski (1882-1969) l’est surtout comme auteur pour enfants, l’un des plus grands qu’ait produit la littérature soviétique. Cela ne doit pas faire oublier qu’il fut aussi l’un des derniers représentants de « l’âge d’argent », cette génération qui fut celle des Akhmatova, des Blok, des Mandelstam ou des Biély, soit une modernité littéraire dont Tchékhov fut en quelque sorte le père. Ce livre, paru en 1967, vient donc en point d’orgue à une reconnaissance jamais démentie de la part d’un auteur qui avoue avoir pleuré toute la nuit, après avoir appris la mort de Tchékhov, « avec un sentiment d’abandon et de tristesse que je n’ai plus jamais éprouvé en quatre-vingt-cinq années de vie ».
Cette relation quasi filiale, on la retrouve tout au long d’un ouvrage qui se veut d’abord un portrait visant à rétablir la vérité de l’auteur. Non, Tchékhov ne fut pas cette âme légère, indolente, que certains se plurent à décrire. D’une folle générosité, au contraire, d’une abnégation et d’un dévouement absolus, Tchékhov, sa vie durant, devait s’employer à « se dresser » lui-même selon un code moral dont il se réservait la rigueur. Il prenait notamment un soin tout particulier à ne jamais rien refuser à personne. Aucune « mission » ne le rebutait, même, il les devançait : « S’il faut que j’aille jusqu’aux enfers, j’irai. » Il y alla plus d’une fois. Ainsi, alors qu’il est déjà célèbre et déjà malade, traverse-t-il en 1890 toute la Sibérie dans d’épouvantables conditions pour se faire le porte-parole des parias de la société russe, expérience épuisante dont il rapportera un livre, L’Île de Sakhaline, que l’on aurait tort de classer à part dans son œuvre.
Car, et c’est le second point de Tchoukovski, l’œuvre du « gentil » Tchékhov n’a pas été comprise par ses contemporains. Il souligne à l’envi combien l’on a peine à croire qu’un tel classique « ait dû travailler dans un contexte aussi hostile  ». Toute sa vie, les critiques « libéraux », défenseurs d’une littérature engagée, virent en lui un adepte futile de l’art pour l’art, une âme froide, insensible aux malheurs du peuple. Pire, ceux qui le louaient en faisaient, eux, une sorte de chantre de la mélancolie, ayant reçu le don des larmes. Tchoukovski s’élève contre l’un et l’autre jugement. L’œuvre de Tchékhov, au contraire, est d’une humanité profonde et toute de compassion mais, d’une finesse inconnue dans la littérature « engagée » de son temps, elle fait avant tout confiance au lecteur et se passe de grandes déclarations. Pleine de réserve et de pudeur, son empathie s’adresse à tous ses personnages, qu’il n’idéalise ni ne diabolise jamais, et s’exprime à travers une véritable dialectique des images et dans une langue indépassable de sobre élégance et de précision.
Cette élégance, on la retrouve dans l’œuvre du disciple, assortie d’un rare et communicatif enthousiasme, de ceux qui vous font décidément sentir que les meilleurs livres sont bien ceux qui vous donnent envie d’en lire d’autres.

Yann Fastier

Tchékhov : un homme et son œuvre
Korneï Tchoukovski
Traduit du russe par Fanchon Deligne,
Interférences, 282 p., 18

À l’ombre de la cerisaie Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°212-213 , mai 2020.
LMDA papier n°212-213
6.50 €
LMDA PDF n°212-213
4.00 €