La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches L' Histoire de ma vie

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Yann Fastier

Révélé au public français en 1998 lors de l’exposition Art Outsider et Folk Art des collections de Chicago à la Halle Saint-Pierre, Henry Darger (1892-1973) est devenu en quelques années l’une des « stars » de l’art brut, dont l’œuvre fait depuis l’objet d’une spéculation effrénée de la part de marchands et de collectionneurs plus ou moins rapaces. A l’instar d’une Vivian Maier, dont le travail photographique n’a été que récemment découvert, Henry Darger est à l’origine d’une œuvre gigantesque que seule l’intelligence de ses logeurs de l’époque a permis de sauver de la benne à laquelle elle semblait promise après sa mort. On connaît bien, désormais, ces grands dessins dont la violence quasi sadique contredit le style enfantin, d’autant plus troublants que les innombrables fillettes nues qu’ils mettent en scène sont systématiquement pourvues de sexes masculins. On sait moins, en revanche, que Darger écrivait au moins autant qu’il dessinait. Outre les milliers de pages de la saga inlassablement reprise des Vivian Girls (à laquelle ses dessins servaient en réalité d’illustrations), L’Histoire de ma vie permet en partie d’éclairer la personnalité d’un homme dont la simplicité apparente (il fut toute sa vie homme de peine dans différents hôpitaux de Chicago, sa ville natale) ne l’empêchait pas de côtoyer des gouffres. Fasciné par les orages et les incendies, catholique compulsif, il s’avoue lui-même à plusieurs reprises vindicatif et violent, dans un mélange décousu d’autojustification et d’autoflagellation. Mais le grand paradoxe de ce petit livre, c’est qu’il n’évoque à aucun moment son travail artistique, si ce n’est au détour d’une jérémiade sur l’état de ses jambes. Ce fut pourtant l’affaire de sa vie, à laquelle il consacra l’essentiel de son temps libre et du peu d’argent dont il disposait. Ainsi curieusement incomplet, il ne se justifie pleinement qu’en complément des différentes monographies auxquelles son œuvre a déjà donné lieu, sans négliger la biographie de Xavier Mauméjean, annoncée pour novembre Aux forges de Vulcain.

Yann Fastier

L’Histoire de ma vie, de Henry Darger
Traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel,
Points, 114 pages, 6,80

Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €