La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français

septembre 2020 | Le Matricule des Anges n°216 | par Anthony Dufraisse

Si La Part du Sarrasin peut se lire indépendamment de Ma part de Gaulois, chronique autofictionnelle du début des années 80, le nouveau livre de Magyd Cherfi en est toutefois la suite logique. Cette fois encore, l’ex-parolier du groupe toulousain Zebda tente de raconter sa trajectoire personnelle à travers différentes aventures collectives : celles des associations de quartier au pied des cités, du mouvement beur naissant, de son groupe de musique, des amitiés indéfectibles… C’est donc un autoportrait à facettes multiples. Raconter, pour le truculent Madge, l’alias de Cherfi, c’est écrire une langue bel et bien vivante, toute d’effervescence. Ce qui frappe plus que jamais dans cet opus, c’est la nature de la parole : « geyser », « passage à tabac verbal », « salves de gros calibres », « rafales ». Ici on tchatche, on ferraille, ou alors on déblatère, on « tronçonne ». L’invective se fait inventive, la ponctuation, gouailleuse ; et la grammaire, dans la bouche des uns ou des autres, contorsionniste. Porteuse de vie(s), la langue de Cherfi dit la difficulté de trouver sa place pour une génération de Beurs, tiraillée entre des injonctions sans cesse contradictoires. On ne compte plus les mots problématiques auxquels le terme « identitaire(s) » est accolé : « entraves », « turpitudes », « schizophrénie », etc. Toujours cette question de l’assignation aux origines, à « une éternité indigène », alors que lui, Cherfi, se voudrait frenchy, avec Flaubert et Ferré en grands-oncles. S’il se montre souvent « escagassé par sa double identité » dans cette France mitterrandienne qui voit la montée du Front national, c’est, chemin faisant, pour en faire un atout dans son jeu. Sa réponse à l’ethnicisation des comportements et de la politique sera celle d’une affirmation toute personnelle (artistique, amoureuse), qu’il finira pas assumer pleinement, celle d’un homme qui dit : je suis comme je suis, qui m’aime me suive. Sur scène, dans la vie et, désormais, dans les livres.

Anthony Dufraisse

La Part du sarrasin
Magyd Cherfi
Actes Sud, 428 pages, 22

Le Matricule des Anges n°216 , septembre 2020.
LMDA papier n°216
6.50 €
LMDA PDF n°216
4.00 €