La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Marie-Hélène Lafon
Des saisons et des hommes

octobre 2020 | Le Matricule des Anges n°217 | par Chloé Brendlé

À travers quelques morceaux choisis de vies, Marie-Hélène Lafon esquisse les hasards d’une lignée au XXe siècle et ce que ce serait de transmettre, malgré tout. Un roman solaire et elliptique.

Ça commence par le toucher, de petits pieds nus sur un parquet à l’aube, mi-joie mi-aguets, puis il y a les odeurs. C’est à Chanterelle, c’est une épiphanie et une chute. C’est un roman plus fragmenté que les autres. La narration oscille entre deux bords du siècle, un jour de printemps 1908 - un jour de printemps 2008, va et vient entre les deux en désordre, et à l’appui de plusieurs pays, du Cantal à Paris, du Canada au Cantal. Après l’aube inaugurale, on découvre – ou plutôt on devine – plusieurs fils, Paul et Georges mais Armand, André puis Antoine, presque tous en délicatesse avec les pères, et chacun pris par un destin singulier-collectif. Histoire du fils appartient à la lignée des récits picturaux de Marie-Hélène Lafon ; comme dans Les Pays, des fragments font image, tentent de retenir la trace vive, d’un éblouissement ou d’une fracture, et c’est au lecteur de les accorder.
Au royaume blessé des fils donc, il y a celui doué « de se sentir partout à sa place, légitimé et désiré, ven(ant) de là, de Chanterelle, du nom, de la mère, de la maison, des terres, de l’air cru », jouisseur futur mais piétinant au pensionnat, trop jeune pour avoir été un héros des tranchées, trop installé pour avoir eu le courage de s’opposer sous l’Occupation. Il y a celui dont les ratons laveurs viennent « mord(re) le cœur », partagé entre trois pères, le premier inconnu, le deuxième offert, le troisième rencontré – et Gabrielle, génitrice au rire « pointu ». Il y a celui qui débarque et qui découvre, presque neuf de se savoir non plus seulement lointain, mais ancien, recommencé. Finalement enraciné.
On est en terrain connu, certes, avec les héritiers d’À la providence, Maison Lachalme & Fils, et ceux de l’autre magasin, dans l’autre pays : on sort des paysans, on élargit la famille entamée par les premiers romans, Le Soir du chien et Les Derniers Indiens, on n’en finit pas d’être les derniers, on essaime quand même, aîné, puîné, petit-neveu on continue. On est en terre de prédilection Lafon, mais un peu à côté : un côté plus cossu, et un côté chiche mais douillet. Et puis, contrairement à nombre de leurs prédécesseurs de fiction, les personnages d’Histoire du fils sont très peu au travail, éloignés de la geste agricole et de ses impératifs : on les observe plutôt occupés à aimer ou à être aimés. À sentir. À se recueillir. La solitude est tapie dans chacune de leurs vies et pourtant domine à la lecture le sentiment très doux d’une consolation et de corps glorieux, de la permanence et du partage. C’est que pour dire la sensation d’être et d’avoir vécu, l’auteure peaufine, de plus en plus limpide et sensuelle de livre en livre, cette mêlée des temps faite d’imparfait (vernis des photos de jadis, des anecdotes ressassées) et de présent, présent d’éternité qui fait parfois penser aux souvenirs d’Annie Ernaux, et imprime notre paysage intérieur : « Il a dix ans et c’est l’été pour toujours. »

C.B.

Histoire du fils JbrJ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°217
6.50 €
LMDA PDF n°217
4.00 €