La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Soufi

octobre 2020 | Le Matricule des Anges n°217 | par Guillaume Contré

Marc Graciano écrit dans une langue qui semble surgi du fond d’un temps indéfinissable ; une langue médiévale, antique, archaïque plutôt qu’archaïsante, au sens où le lecteur porté par le rythme de l’unique phrase de 60 pages qui compose Le Soufi ne sent jamais chez l’auteur l’effort vain d’être allé chercher dans quelque dictionnaire poussiéreux des mots de derrière les fagots. Il y a au contraire une évidence de l’écriture chez lui qui nous ramène aux origines du récit. Où se déroule-t-il, ce récit, à quelle époque ? Impossible de le dire. Un désert oriental peut-être, en des temps bibliques ou dans un Moyen Âge improbable, à une époque, en tout cas, où le monde n’était pas encore cartographié à la perfection. À moins qu’il ne s’agisse simplement du territoire des songes et des mythes. Il y a deux personnages : le gyrovague (soit un moine errant) et un petit homme que ledit moine découvre à son réveil. Tout le récit est rapporté, c’est le gyrovague qui le raconte à quelqu’un et c’est cet inconnu qui nous le rapporte à son tour. Ce procédé, aussi simple qu’efficace, contribue non seulement à renforcer l’imprécision fantasmatique du récit, à l’ancrer dans un passé qui se dissout dans la brume et la magie, mais encore à offrir à la prose son rythme hallucinatoire : « et le gyrovague dit qu’à chaque fois, il avait vu leurs dents scintiller dans les rayons solaires qui transperçaient l’aigue cristalline, et le gyrovague dit qu’il y avait des bancs de fretin qui évoluaient partout dans les eaux libres de la rivière, et le gyrovague dit qu’il y avait toujours, dans l’aigue plus profonde des fosses, un grand banc d’alevins qui possédaient tous un sac vitellin, et que le sac translucide était luminescent dans la splendide lumière qui transverbérait la surface et qu’alors c’était tout le banc d’alevins qui semblait lumineux, dit le gyrovague ».
Le Soufi est une histoire de guérison, celle du poids dont se débarrasse le moine grâce aux connaissances médicinales et symboliques du petit homme, c’est un récit au sens le plus noble du terme, une littérature d’avant la littérature. Graciano est certainement un écrivain remarquable.

Guillaume Contré

Le Soufi
Marc Graciano
Le Cadran ligné, 68 pages, 14

Le Matricule des Anges n°217 , octobre 2020.
LMDA papier n°217
6.50 €
LMDA PDF n°217
4.00 €