La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Payîsanna, de Noëmi Lerch

octobre 2020 | Le Matricule des Anges n°217 | par Yann Fastier

La Payîsanna

Peinant à surmonter une récente séparation, une jeune femme travaille dans une ferme, au service d’une vieille paysanne, la première de son espèce dans une Suisse très conservatrice. Certes « le travail aide à surmonter tous les malheurs », mais certains fantômes font également de leur mieux. La grand-mère de la narratrice est toujours là, dans la grande villa décatie que lui construisit son mari sur la pente d’une montagne qui n’en finit pas de s’ébouler. D’autres ne font que passer qui ne sont parfois même pas morts ou sortent simplement d’un autoradio, le temps d’une cigarette fraternelle. Il y a aussi, bien sûr, le souvenir de l’aimé, qui se confond doucement avec un nouvel amour possible, un corbeau mal barré qu’on ne se résout pas à donner au renard, quelques rêves et des objets qui, tous, parlent à leur manière de ce qui fut. Les réalités se mêlent, donc, s’emmêlent et se frôlent sans se heurter au fil de ce très court roman dont la douceur pourrait être le maître mot. Une douceur sans larmes ni mièvrerie, obtenue à force d’user son chagrin, comme une pierre devient galet, par la force des choses et du temps. Le temps, cinq saisons, de l’automne à l’automne, celui d’apprendre à travailler de ses mains et, surtout, celui d’apprendre à partir. Est-il cyclique ou linéaire ?
À cette grave question que n’ont pas encore tranchée les historiens, Noëmi Lerch – née en 1987 à Baden – répond en revisitant Hésiode aussi bien que García Márquez, puisque ce premier roman, paru en Suisse en 2015, se revendiquait du réalisme magique. Du réalisme, de fait, il y en a. De la magie aussi et, si l’on reste assez loin des grandes fresques andines, l’épure alpestre fonctionne plutôt bien. Une épure à la taille, disons, du canton des Grisons, dont Noëmi Lerch, elle-même bergère, confirme s’il en était besoin la vocation agricole et littéraire.

Yann Fastier

La Payîsanna
Noëmi Lerch
Traduit de l’allemand par Yann Stutzig,
Éditions d’En bas, 65 pages, 12

La Payîsanna, de Noëmi Lerch Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°217 , octobre 2020.
LMDA papier n°217
6.50 €
LMDA PDF n°217
4.00 €