La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Finis Terrae de Gilles A. Tiberghien

novembre 2020 | Le Matricule des Anges n°218

Finis Terrae : Imaginaires et imaginations cartographiques

Elle aura beau se parer de tous les atours de la science, la cartographie restera toujours et avant tout affaire d’imagination. Tel pourrait être, grossièrement résumé, l’argument de ce petit livre vivifiant (sous-titré « Imaginaires et imaginations cartographiques ») du philosophe Gilles A. Tiberghien, amateur de la chose et spécialiste du land art. « On m’assure qu’il est des gens qui ne s’intéressent pas aux cartes mais j’ai quelque peine à le croire », remarquait Stevenson, dont L’Île au trésor naquit d’ailleurs tout entier d’une carte. Qui, en effet, n’a jamais rêvé devant une carte, une mappemonde, un atlas ? Pas le cartographe lui-même, en tout cas, dont la tâche première est de se faire une image du monde, avant que de tenter ensuite de la communiquer. « Avec les cartes il est permis de voir quelque chose que nous ne pourrions percevoir sans elles » : le monde n’étant pas immédiatement appréhensible dans sa totalité, il faut bien tenter d’en donner une image, hors de toute mimesis, au moyen de multiples conventions, conscientes ou inconscientes. L’imagination, comme système productif, règne alors sans partage, quitte à la nourrir de données quantifiées dont l’objectivité, jointe à l’habitude, finissent par donner à la carte une réalité qu’elle n’a pas plus aujourd’hui qu’au temps des premiers portulans. C’est pourquoi le travail des artistes a toujours été fondamental en cartographie : dès le départ, où ils furent très sollicités, et jusqu’aux recherches les plus récentes de l’art contemporain, leur démarche, cette façon de « déplier le possible à partir du réel » est au cœur de l’imaginaire cartographique, qui ne cesse de s’en nourrir pour « rendre réel quelque chose qui était d’abord irréel ».
Tressant ainsi les liens fondamentaux de deux domaines en apparence antagonistes, Gilles A. Tiberghien, si ardu puisse paraître par moments son propos, n’en redonne pas moins de belles couleurs à nos vieilles géographies.

Yann Fastier

Finis Terrae
Gilles A. Tiberghien
Bayard, 187 pages, 21,90

Finis Terrae de Gilles A. Tiberghien
Le Matricule des Anges n°218 , novembre 2020.
LMDA papier n°218
6.50 €
LMDA PDF n°218
4.00 €