La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Journal irrégulier, de Bruno Arcadias

janvier 2021 | Le Matricule des Anges n°219 | par Anthony Dufraisse

Une découverte pour nous, ce Bruno Arcadias. À 60 ans, cet inconnu au bataillon poétique appartient, faut-il croire, à cette armée des ombres qui sévissent dans le registre d’une inspiration sans flonflon ni prétention mais pas sans charme. Ses antécédents ? Un peu avant que ne paraisse ce Journal irrégulier réunissant des poèmes de ces douze dernières années (le plus ancien de 2007), il y a eu Les À-coups, décrit par son éditeur d’alors, Alfabarre, comme « un recueil de poèmes évoquant l’amour, la vie quotidienne ou encore l’enfance. » On est donc un peu, ici, dans la même veine. La quotidienneté surtout y a ses quartiers métaphysiques, moins peut-être à la façon d’un Michaux ou d’un Prévert, comme le suggère la présentation, qu’à la manière d’un Pirotte ou, mieux, d’un Perros. Et par moments, celui qui assure « écrire parce que/ faire de la musique, c’est trop compliqué », nous ferait presque penser, aussi, à ce compositeur de zizique grinçante que fut Boris Vian. Les entrées en matière d’Arcadias laissent deviner la capricieuse tonalité existentielle de ses poèmes : « L’échec, on sait ce que c’est », « Les hommes ne sont pas très sûrs », « Tout ce que je sais du bonheur »… Le bonhomme revendique, par atavisme maternel semble-t-il, un certain fétichisme pour la vaisselle, le don de l’embrouille et, rien à voir, celui de la clairvoyance ; toutes choses qui ne lui ont cependant jamais permis de rencontrer Isabelle Adjani, son égérie secrète… Si Arcadias voit plutôt l’existence en noir et blanc, comme les illustrations de Léa Bertin-Hugault, cela n’empêche pas de furtifs arcs-en-ciel. Comme souvent les hommes bancals, l’intéressé avance sur le fil de la vie en funambule à l’équilibre précaire : « Tous les jours, j’essaie./Et tous les jours, je manque./Dieu m’a donné la ténacité, pas le talent./J’aurais préféré le contraire./ Mais on ne peut pas tout avoir. », peut-on lire dans un final par lequel l’auteur sort de scène sur la pointe des pieds. Pas de talent, pas de talent, c’est vite dit : l’art de faire (sou)rire pour ne pas faire pleurer, c’est déjà beaucoup.

Anthony Dufraisse

Journal irrégulier
Bruno Arcadias
Éditions Conférence, 121 pages, 17

Journal irrégulier, de Bruno Arcadias Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°219 , janvier 2021.
LMDA papier n°219
6,50 €
LMDA PDF n°219
4,00 €