La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Sébastien Lapaque
Le gardien de la mémoire vive

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220 | par Thierry Guichard

Protéiforme, l’œuvre de Sébastien Lapaque fait une part belle à la foi. Mais surtout elle relie notre époque aux textes anciens, pour, peut-être, sauver nos âmes.

Reclus quelques jours à l’aube de son jubilé dans un lieu saint où même l’accès à internet était réduit, Sébastien Lapaque possède cette qualité très enviable de transporter avec lui toute une bibliothèque gravée dans sa mémoire. Son esprit, curieux de mille choses et nourri aux humanités, semble ainsi habiter plusieurs lieux et époques en même temps. Une façon peut-être de vivre mille vies sans jamais se perdre, sans s’absenter d’un chemin qui pointe vers l’essentiel malgré le chant des sirènes du divertissement. L’impossibilité d’un entretien en « présentiel » avec ce prince des buveurs nous aura épargné une longue et légère ivresse (propre aux vins nature). Et comme l’interroger sur son œuvre par le biais de successives cartes postales aurait pris une bonne part d’éternité, c’est par le truchement de froids courriels que nous avons dû procéder.

Sébastien Lapaque, comment aborder votre nouveau roman : Ce monde est tellement beau ? Son narrateur, Lazare, affiche trop clairement des caractéristiques qui le démarquent de vous (il ne connaît rien ni au vin ni au rugby et ne s’intéresse pas au foot) pour que cela ne désigne pas le parfait alter ego. Et l’on trouve dans ce roman des personnages croisés dans votre « contre-journal », comme le très central Saint-Roy ?
Vous avez raison. Je n’y ai pas pensé. Le caractère, les goûts et les dégoûts de Lazare sont trop subtilement démarqués des miens pour que cette démarcation ne soit pas digne d’attention. Les Identités remarquables, le roman que j’ai publié en 2009, apostrophait le personnage principal à la deuxième personne du singulier : « Tu vas mourir, aujourd’hui, et tu ne le sais pas encore. Le sauras-tu jamais, même à l’ultime instant ? Ton esprit est occupé par tant d’autres choses. L’idée d’un terme irrévocable s’éloigne de ton esprit à mesure que tu t’en approches. » Ce monde est tellement beau, qui est mon cinquième roman publié chez Actes Sud depuis Les Barricades mystérieuses, est le premier rédigé à la première personne du singulier. Dans mon travail d’élaboration qui fut long et minutieux – sept ans de réflexion au total –, je semble avoir pris un soin extrême à ce que le moi exprimé dans le roman soit un autre moi que celui que je manifeste dans mes habitudes, dans la société, dans mes vices, comme dit le petit Marcel dans Contre Sainte-Beuve. Vous avez ainsi remarqué que Lazare, dans l’un des derniers chapitres du roman, reste de marbre lorsque son père commande une bouteille du millésime 2003 du grands-échézeaux du Domaine de la Romanée-Conti pour accompagner un lièvre à la royale au restaurant Le Grand Monarque à Chartres. Cette indifférence n’est pas digne de l’auteur du Petit Lapaque des vins de copains, de Chez Marcel Lapierre et de Théorie de la bulle carrée ! J’ai mangé trop de lièvres à la royale à la table de mon ami Yves Camdeborde, à la Régalade et au Comptoir du Relais, pour être insensible à ce plat de caractère, émouvant comme un soleil couchant sur...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?