La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre John Doe, de Lucie Depauw

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221 | par Patrick Gay Bellile

Recruté par un cabinet d’audit pour traiter puis transmettre des documents provenant de très grandes entreprises, Lui découvre un système d’évasion fiscale massif et décide d’en avertir la presse. Lui est un homme tout à fait ordinaire, nullement impliqué dans le militantisme ou la politique, et dont le DRH peut dire : « Oui vraiment ce qui m’a fait flasher sur vous C’est votre insignifiance votre transparence. » Pourtant, Lui l’indique dès le début : « Je me demande ce que ça fait changer de peau Je voudrais changer de peau. » Alors, sous le pseudonyme de John Doe, l’équivalent en anglais de Monsieur tout le Monde, il copie les fichiers compromettants, le dossier devient public, l’entreprise s’en émeut et décide de punir le lanceur d’alerte. Perquisition, arrestation, licenciement, procès. L’occasion pour Lucie Depauw de replacer la question des lanceurs d’alerte dans son cadre juridique. Résultat : Lui est condamné pour violation du secret des affaires. Parallèlement, nous suivons sa vie de couple avec Elle et leur jeune enfant. Une vie de couple tout ce qu’il y a là encore de plus ordinaire, même si, et c’est elle qui s’en inquiète, la belle image du début est écornée. Leur vie ensemble est devenue une vie côte à côte, ils ne partagent plus grand-chose, elle est en plein baby blues, toute proche du burn-out et avertit qu’entre eux rien ne va plus. Dans leur couple, le lanceur d’alerte, c’est elle : « C’est comme ça une maison ça s’entretient Un couple ça s’entretient Une flamme ça s’entretient  ». Elle découvre les activités de son mari à l’occasion d’une perquisition policière et Lui, dont le héros était Tarzan, devient le champion du combat des petits contre les gros : « Fraude optimisation accroissement ne pas partager le gâteau ni la cerise Il paraît que si toutes les multinationales payaient leurs impôts Il n’y aurait plus de famine en Afrique. » Une écriture vive, nerveuse, qui va très rapidement à l’essentiel, beaucoup d’humour, Lucie Depauw nous rappelle que les lanceurs d’alerte ne sont toujours pas protégés chez nous.

PGB

John Doe
Lucie Depauw
Éditions Espaces 34, 64 pages, 13

John Doe, de Lucie Depauw Par Patrick Gay Bellile
Le Matricule des Anges n°221 , mars 2021.
LMDA papier n°221
6,00 €
LMDA PDF n°221
4,00 €