La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Comme un acteur

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221 | par Gilles Magniont

Robert Mitchum - L’homme qui n’était pas là

Entre silence, retrait et rupture, certaines figures hollywoodiennes ont le don d’inspirer les stylistes : Nick Tosches avait narré l’existence de Dean Martin, prince des branleurs ; Philippe Garnier, plus récemment, celle de Sterling Haydn, l’irrégulier  ; et désormais c’est Lelo Jimmy Batista qui consacre un petit essai biographique à Robert Mitchum (1917-1997). Il le fait sans expression académique du vraisemblable et du documenté (il semblerait que, d’après untel, on puisse imaginer), et sans emphase, dans une facture comportementaliste relevée çà et là d’analogies saillantes – pour figurer les premières auditions de Mitchum (où il « débite ses répliques comme on balance une poignée de pièces sur un comptoir après une longue marche sous le cagnard  »), ou certains de ses rôles (comme Bandido ! où il incarne un mercenaire « qui se jette dans la révolution mexicaine comme on arpente les rues pour trouver du pain un jour férié : habillé n’importe comment et avec une pointe d’agacement  »). La construction générale est de même sobre, du « bébé aux yeux ternes  » à celui qui « enlève son dentier  », au fil d’une vie qui n’est jamais envisagée comme un destin, mais comme une suite de scènes, d’errances et de contingences, cocasses ou glaçantes.
Qu’en retenir ? On sait gré à Batista d’approcher par des voies originales la finesse de jeu de Mitchum et son « magnétisme torpide  », sa manière d’être « complètement dedans et totalement à côté ». En général peu intéressé par son métier d’acteur, « intelligent mais fataliste et mélancolique  », il arrivait d’assez loin : un père broyé entre deux wagons sur lesquels il travaillait, une mère prenant la fuite avec ses enfants pour échapper aux poings du beau-père, et Robert, à 14 ans, qui partage le quotidien des vagabonds de la Grande Dépression. Parmi ses mérites, L’Homme qui n’était pas là a ainsi celui de rappeler un temps où les comédiens avaient cette sorte d’extraction, et où leurs films ressemblaient à de grands bateaux arrivant miraculeusement à bon port.

Gilles Magniont

Robert Mitchum. L’Homme qui n’était pas là
Lelo Jimmy Batista
Capricci, 130 pages, 11,50

Comme un acteur Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°221 , mars 2021.
LMDA papier n°221
6,50 €
LMDA PDF n°221
4,00 €