La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Pégase, d’Antoine Sanchez

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221 | par Camille Cloarec

Les jours sont des miroirs en face d’autres miroirs. » Telle est la jolie image qui se dégage du Pégase, premier roman d’Antoine Sanchez, du nom du bar-tabac dans lequel se croisent quotidiennement, depuis ce qui semble être la nuit des temps, des personnages cabossés et un brin mystérieux. Il y a l’aristo, le professeur, le colonel, le libraire ou encore l’ouvrier – habitués qui peu à peu nous deviennent familiers, tout comme leurs prénoms et les petits détails qui les définissent. Norbert le musicien chante sur la place de l’église et pleure sa mère perdue. Paul le professeur boit invariablement du scotch. Quant à Jörg, l’Allemand, il remporte souvent les parties de dames. Au centre de leur univers trône le couple de patrons, Odile et Raymond, véritables piliers contre lesquels chacun dépose ses silences, ses tristesses et ses joies. Tous ces êtres, à force de répétitions, de platitudes et de coups de colère, dessinent un village dans ce qu’il a de plus palpitant, hors de toute temporalité, d’une linéarité consolante. Le passé y occupe une place prédominante, l’on y parcourt en long et en large les souvenirs, ces « grandes fresques démembrées ». La vie y est brassée dans ses non-dits, ses mensonges et ses lieux communs. Le plus beau, c’est que chaque jour elle recommence à l’identique ou presque. Le Pégase célèbre ce monde faussement figé, qui maintient à flot toute une communauté d’individus originaux dans leur banalité, et dont la moindre étincelle suffit à sauver une journée.
Antoine Sanchez, en mêlant intimement le réalisme désuet d’un lieu désolé et la poésie qui traîne le long des comptoirs, nous donne envie de franchir le pas de sa porte, au petit matin, et de nous fondre dans son décor. « C’est comme si l’on retrouvait une grâce à jamais perdue,/ une sorte de vitalité barbare, insolente, fondamentale ; comme si l’on nous rappelait pourquoi, là-bas, dans/ les temps immémoriaux, on nous avait donné la vie. »

Camille Cloarec

Le Pégase
Antoine Sanchez
L’Atteinte, 108 pages, 15

Le Pégase, d’Antoine Sanchez Par Camille Cloarec
Le Matricule des Anges n°221 , mars 2021.
LMDA papier n°221
6.50 €
LMDA PDF n°221
4.00 €