La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Aux éternels perdants

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221 | par Yann Fastier

Aux éternels perdants

Never explain, never complain : on ne saura pas grand-chose de ce qui, dans les années 60, conduisit Andrew Szepessy dans les geôles de son pays d’origine, la Hongrie. Plutôt qu’à son propre cas, le jeune Anglais s’attache à celui de ses compagnons d’infortune, à ces dizaines de pauvres gens embastillés, la plupart du temps pour des vétilles, par un régime particulièrement sourcilleux sur tout ce qui touche aux « intérêts du peuple ». C’est donc avant tout une série de portraits que déroule ce livre attachant, des premiers moments de la détention, par une chaude nuit d’été où « toutes les ombres sont en fleurs » à la longue attente de condamnés plus ou moins résignés à leur sort. Certains sont étonnants, comme celui de Karl, espion authentique et nazi convaincu, néanmoins vrai meneur d’hommes habile à faire tourner ses geôliers en bourrique ou bien celui du « roi des échecs » pour qui la vie semble un perpétuel bonneteau. D’autres sont pathétiques, lorsqu’il évoque ces « Tziganes bleus » – aux cheveux bleus à force d’être noirs – mourant littéralement de chagrin lorsqu’ils sont enfermés, ou bien ce jeune rouquin « sorti faire les courses », dont l’arrogance fond à mesure qu’il prend conscience de sa situation et dont le sourire assuré s’efface « pour toujours aurait-on cru ». Stoïque ou désespéré, servile ou rebelle, aucun n’est cependant jugé : de cela, les tribunaux se sont chargés avec tout l’arbitraire que l’on sait, qui suffit à disculper quiconque. Reste une humanité entière, irréductible, que berce l’auteur avec une compassion d’autant plus réelle que le flegme et l’humour la tiennent à la juste distance, du bout d’une langue châtiée, très « british » et attentive à toujours garder un bout de langue au creux de la joue.
Réalisateur et documentariste à la carrière baladeuse, Andrew Szepessy (1940-2018) n’aura pas écrit d’autre livre. Qu’importe : celui-ci en vaut mille autres.

Yann Fastier

Aux éternels perdants
Andrew Szepessy
Traduit de l’anglais par Bernard Cohen,
Rivages, 319 pages, 21,50

Aux éternels perdants Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°221 , mars 2021.
LMDA papier n°221
6,00 €
LMDA PDF n°221
4,00 €