La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Vie et passion de René Guy Cadou, de Christian Moncelet

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221

Cahier des poètes n°13

Christian Moncelet : Vie et Passion de René Guy Cadou

Cahier des poètes n°14

Christian Moncelet : Vie et passion de René Guy Cadou

Salué par Supervielle, Cendrars, Jouve, Paul Fort ou encore Max Jacob, le poète René Guy Cadou aura vécu une « destinée d’étoile filante », pour reprendre l’expression de son biographe (écrivain et universitaire, spécialiste entre autres d’Alexandre Vialatte).
De cette courte vie (1920-1951), Christian Moncelet remonte patiemment le cours, tout en introduisant le lecteur dans l’univers cadoucéen. Une enfance d’abord passée à Sainte-Reine-de-Bretagne, qui s’achève brutalement à la mort de sa mère alors qu’il n’a encore que 12 ans, et dont il rend compte dans Mon enfance est à tout le monde (« Je vis en rêve, et j’aperçois par un trou bleu des arbres, de grands palais de nuages qui déambulent et où il fait bon habiter »). La rencontre décisive avec Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, un roman sérieux qui se glisse entre des lectures situées loin des canons littéraires : Arsène Lupin, Fantômas, Rouletabille (ce qui ne l’empêchera pas, à 15 ans, de déclarer que ses poètes préférés sont « Baudelaire, Rimbaud, Verlaine »). Viennent ensuite les rencontres de Reverdy, de Max Jacob, sa titularisation en tant qu’instituteur à Louisfert, village qu’il ne quittera quasiment jamais, son mariage avec Hélène Laurent, et enfin un contrat d’édition avec la maison Gallimard, lequel ne fut jamais honoré…
« Ange céleste »
, comme l’appelait Max Jacob, Cadou fut un poète particulièrement précoce : lorsque Jean Bouhier, futur fondateur de l’École de Rochefort, le publie, il est encore lycéen. Il est surtout l’auteur d’une poésie pleine « d’alacrité, de primesaut, d’intimité spontanée avec tout ce qui passe ou demeure », désormais réunie dans Poésie la vie entière (Seghers), et que l’on retrouve jusque dans son unique roman La Maison d’été (Le Castor astral). Une œuvre que cette biographie invite à redécouvrir.

Didier Garcia

Le Petit Véhicule
« Les Cahiers des poètes de l’École de Rochefort-sur-Loire »
N°13 et 14, 256 et 178 p., 25 chaque volume

Vie et passion de René Guy Cadou, de Christian Moncelet
Le Matricule des Anges n°221 , mars 2021.
LMDA papier n°221
6.50 €
LMDA PDF n°221
4.00 €