La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’Oiselier, de Daniel de Roulet

mai 2021 | Le Matricule des Anges n°223 | par Yann Fastier

Quoi ? La Suisse ne serait pas ce havre de tranquillité bourgeoise que nous vantaient les guides ? Elle ne serait pas cette belle endormie dont rêvait jadis, un brin moqueur, Henri Calet ? À vrai dire on s’en doutait un peu depuis Jean Ziegler mais ce qu’on ne savait pas, en revanche, c’est que le Jura connut dans les années 60-70 un fort mouvement autonomiste autour du Rassemblement jurassien et du groupe Bélier. Incendies, attaques à l’explosif, occupations d’ambassades… ces jeunes gens n’avaient rien à envier aux « natios » basques, corses ou bretons qui secouaient alors la République voisine et il ne fallut rien moins que la création d’un nouveau canton en 1979 pour apaiser un peu les choses.
C’est dans ce contexte agité que Daniel de Roulet situe son nouveau livre, vrai faux roman explorant les zones d’ombre de l’assassinat en 1977 de Hanns-Martin Schleyer, « patron des patrons » ouest-allemands et ex-nazi patenté. « Le train du réel ne passe qu’une fois. Tout le reste il faut le confier à la littérature » puisqu’« il ne reste que le roman pour questionner la vérité » dit-il en manière de manifeste : aussi ne craint-il pas de ressusciter un mort pour confier l’enquête au grand journaliste que fut Niklaus Meienberg avant son suicide en 1993. Fouille-merde à la plume redoutée des puissants, ce dernier fait un Enquêteur plus vrai que nature avec sa carrure et sa barbe d’ogre, ses cigares et sa grosse moto. Manière aussi de le venger, lui qui fut certainement victime d’un Pouvoir que sa discrétion n’a jamais rendu moins impitoyable. Depuis son dernier ouvrage, chroniqué ici même, on savait que Daniel de Roulet avait la Suisse de travers. L’auteur des Dix petites anarchistes règle ici quelques vieux comptes dont l’enjeu, certes, échappera peut-être au non-Helvète. Mais la vérité, n’en déplaise à Pascal, ne connaît pas de frontières et « (s)ans vérité il n’y a pas de justice et sans justice, la réconciliation des protagonistes est impossible ».

Yann Fastier

L’Oiselier
Daniel de Roulet
La Baconnière, 117 pages, 13

L’Oiselier, de Daniel de Roulet Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°223 , mai 2021.
LMDA papier n°223
6,00 €
LMDA PDF n°223
4,00 €