La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Portrait sur mesure, de Leonardo Sciascia

mai 2021 | Le Matricule des Anges n°223 | par Thierry Cecille

Portrait sur mesure

Comme le traducteur Frédéric Lefebvre l’indique dans sa passionnante postface, c’est à «  découvrir ou redécouvrir Sciascia  » que nous sommes ici invités. Sans doute sait-on qu’il est, avec Pirandello, Vittorini et Lampedusa, un des plus grands écrivains siciliens mais ses romans sont peut-être moins lus aujourd’hui – du moins en France – qu’ils ne le furent dans les années 60 ou 70. Ce choix d’articles et essais inédits nous offre donc l’occasion d’apprécier la diversité de ses thèmes et l’acuité, toujours personnelle, de sa vision et de ses réflexions. Quelques textes exigent sans doute du lecteur une certaine connaissance préalable de la Sicile et de son histoire, quand Sciascia évoque par exemple l’enrichissement spirituel et artistique qu’apportèrent à l’île ses conquérants normands et arabes. De même faut-il avoir lu Le Guépard de Lampedusa pour apprécier la critique qu’en fait Sciascia, lui reprochant en particulier son « scepticisme » et son « anti-historicisme ». Mais les pages les plus réussies sont celles où il s’attache à décrire la réalité sicilienne, les caractéristiques les plus attachantes ou désespérantes – la mafia et ses ravages, bien sûr – de ses habitants, de ses mœurs, rites et traditions. C’est une terre de beauté et de désolation à la fois, de misère et de résistance à la misère. On peut y entendre « des chansons lentes et douloureuses, tenues sur quelques notes, pleines d’échos et de réfractions internes, qui disent l’amour et l’offense ». La mélancolie s’y mêle à la violence, qu’il s’agisse des êtres ou des paysages. L’eau manque, le soleil brûle, mais la mer est toujours à l’horizon, ouverte. « Les plus beaux moments sont ceux du soir, attendus et espérés tout au long du jour brûlant : moments où la lumière semble naître des choses – des arbres, des pierres, de l’eau –, puis lentement absorbés par elles. Alors le paysage semble suspendu en dehors du temps, comme s’il prenait la forme et l’absolu de l’art.  »

Thierry Cecille

Portrait sur mesure
Leonardo Sciascia
Traduit de l’italien par Frédéric Lefebvre,
Éditions Nous, 190 pages, 18

Portrait sur mesure, de Leonardo Sciascia Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°223 , mai 2021.
LMDA papier n°223
6,00 €
LMDA PDF n°223
4,00 €