La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Chez les anarchistes, de Jean Meckert

juin 2021 | Le Matricule des Anges n°224 | par Yann Fastier

Chez les anarchistes

Sous ce titre légèrement abusif se cache en réalité un recueil de contributions de Jean Meckert à quelques journaux, principalement Essor, éphémère organe de l’Organisation civile et militaire des jeunes, issue de la Résistance (1945-1946). Abusif, car lesdits anarchistes ne forment que la portion congrue d’une série de reportages qui, pour la plupart, ont plutôt pour objet les difficultés de l’après-guerre et les désillusions qu’elles entraînent. Ainsi de ce jeune couple, victime de la crise du logement, de cette petite ouvrière, renvoyée sans préavis d’une confiserie aux allures de bagne ou bien encore de ces banlieusards, pris au piège de leur pavillon et coupés de tout, se ruinant la santé en trajets interminables. Sans craindre de mouiller sa chemise, l’apprenti journaliste va jusqu’à se faire embaucher dans l’équipe de nettoyage d’une grande banque, où il découvre non sans stupeur que ces « auxiliaires temporaires du service technique » sont pour la plupart des employés de cette même banque, adeptes des heures supplémentaires et, surtout, du marché noir.
Curieux destin littéraire, quoi qu’il en soit, que celui de Jean Meckert (1910-1995), prolétarien gallimardisé, aussi vite oublié qu’il fut un temps fêté pour ses premiers ouvrages (Les Coups, L’Homme au marteau…) au point, longtemps, de ne plus se faire connaître que sous le nom de Jean Amila, sous lequel il marqua durablement la Série noire (Le Boucher des Hurlus, La Lune d’Omaha…)
Depuis le début des années 2000, cependant, les éditions Joëlle Losfeld ont entrepris d’inverser la tendance en rééditant avec succès sa « littérature blanche », complétée comme il se doit par quelques fouineurs émérites, amateurs de raretés plus ou moins dispensables. En l’occurrence, si Meckert n’a pas, tant s’en faut, la tendre ironie du Calet des Deux bouts, sa sincérité un peu âpre, parfois brutale, donne encore à ces reportages un intérêt allant au-delà du seul documentaire.
Quant aux anarchistes, ils n’ont pas changé, les bougres.

Yann Fastier

Chez les anarchistes
Jean Meckert
Joseph K., 122 pages, 12

Chez les anarchistes, de Jean Meckert Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°224 , juin 2021.
LMDA papier n°224
6,00 €
LMDA PDF n°224
4,00 €