La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Made in normandie

juillet 2021 | Le Matricule des Anges n°225 | par Yann Fastier

Poursuivant son exploration des années les plus fastes de la littérature en France, La Thébaïde réédite le deuxième roman de Pierre Bost (1901-1975), entre lyrisme et satire légère.

Des -ismes de toutes sortes qui émaillèrent le XXe siècle littéraire et artistique, l’unanimisme ne fut certes pas le plus tapageur. Prôné notamment par Jules Romains et Georges Duhamel sous l’influence de Zola et des théories sociologiques de Gustave Le Bon (dont la Psychologie des foules devait faire entrer la notion de masses en littérature), il entendait faire le roman des groupes sociaux et n’aborder les individus que par le biais de leur appartenance à telle ou telle catégorie. Pourquoi pas ? Au moins, ça ne gêne pas la lecture : ainsi, ne saurait-on pas que Prétextat, paru en 1925, émargeait à ce courant éphémère, qu’on ne prendrait pas moins de plaisir à sa réédition.
Car c’est bien et avant tout de plaisir qu’il est ici question. Inspiré d’une mésaventure survenue au propre père de Pierre Bost, ce court roman sans grand drame se lit comme l’un de ces purs bijoux de style et de légèreté dont la littérature française contemporaine semble avoir décidément perdu la recette. Aussi porte-t-il bien son prénom, ce Prétextat Hauchecorne, gargotier alcoolique et normand, ruminant sa vengeance à l’encontre d’un groupe de vacanciers qui – les malheureux – ont préféré cette année louer des villas plutôt que de séjourner chez lui. En effet, tout ici n’est au fond que prétexte et si l’on aura pu craindre un instant pour les Parisiens un destin à la Pierre Jourde, fourches à l’appui, il n’en sera finalement rien, la revanche du brutal s’avérant même plutôt fine et d’assez bonne guerre. L’intérêt du roman sera donc à chercher ailleurs mais, alors, partout ailleurs et d’abord dans l’évocation de deux groupes sociaux que tout oppose. D’un côté cette petite coterie de Parisiens, bourgeois assez aisés pour s’offrir deux mois de villégiature à la mer, avec automobiles et personnel de maison. De l’autre, ces Normands méfiants, à la fois finauds et mal dégrossis, sortis tout droit de la maison Maupassant. On n’est d’ailleurs pas sommé de choisir son camp : autant les seconds sont d’authentiques rustauds sans circonstances atténuantes, autant les premiers sont ridicules, figures en carton-pâte amidonnées de lieux communs que croque Pierre Bost avec une réjouissante ironie, du bellâtre Dragoïlo Mimitch à Mademoiselle de Vinci, descendante « authentique » de Léonard et aux carnassières jumelles Phonar dont leur mère « se demandait parfois si ces deux filles étaient bien à elle, d’autant plus que l’absence de son collaborateur d’alors (absence qui menaçait de se prolonger, M. Phonar étant mort depuis dix ans), lui ôtait le seul moyen de s’assurer rétrospectivement qu’elle fût bien la mère de ses filles ».
S’il existe une opposition réelle, elle est bien plutôt à chercher entre la nature, si belle, et les hommes, qui l’habitent si mal. Le roman s’ouvre sur une évocation de l’été normand d’un lyrisme en tout point digne des guides Odé, où ne manque pas même le pin isolé dont « le tronc rouge coupait les verts innombrables et la tête argentée de l’arbre faisait sur toute la campagne entendre ce bruit de l’air dans les pins pour lequel fut inventé le mot murmure ». Ce souci permanent du mot juste sous l’apparente désinvolture fait de chaque ligne de Prétextat une boîte à jolie surprise et confirme Pierre Bost, s’il le fallait encore, comme une recrue de choix parmi les chevau-légers d’un style qu’on rêve inimitablement français. Une sorte de Dufy des lettres, en somme, avec ici quelque chose aussi qui annonce un Jacques Rozier – ce dont le grand scénariste de cinéma qu’il fut après avoir été romancier (La Traversée de Paris, Le Diable au corps, Le Juge et l’assassin…) ne saurait s’offusquer, sans doute.
Tout cela serait parfait si les gens de La Thébaïde, qu’on ne saurait assez remercier de nous restituer titre après titre des perles d’une aussi belle eau, voulaient bien porter un peu plus d’attention à leur écrin : leur très beau catalogue, ce Prétextat en tête, mérite une très belle maquette.

Yann Fastier

Prétextat,
Pierre Bost
La Thébaïde, 139 pages, 16

Made in normandie Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°225 , juillet 2021.
LMDA PDF n°225
4,00 €
LMDA papier n°225
6,00 €