La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Xavier Bazot
Le nomade enraciné

septembre 2021 | Le Matricule des Anges n°226 | par Thierry Guichard

Héritier d’une vieille famille, enfant choyé d’une pâtisserie ancestrale, Xavier Bazot n’aura cessé de rêver de marges et de départs. Et la littérature de lui offrir tous les voyages immobiles.

Depuis 1990 et la publication chez P.O.L de Tableau de la Passion, une poignée de lecteurs et lectrices attendent avec impatience l’arrivée dans les librairies d’un nouveau livre de Xavier Bazot. Sans être encore cinq cents, ils étaient plus nombreux après Chronique du cirque dans le désert paru cinq ans plus tard au Serpent à plumes. L’année suivante le même éditeur proposait Un fraisier pour dimanche  : une grande voix de la littérature française était née. Ce court roman étonnant, à la langue singulière et puissante, venue du plus profond des bibliothèques, portée par un univers baroque et banal à la fois, déploie dans ses phrases une virtuosité syntaxique ébouriffante.
Mais il était dit que Xavier Bazot n’avait pas rendez-vous avec son époque ou que celle-ci n’avait pas su reconnaître celui-là. Trente et un ans après son premier roman, voici que, très éloignées des autoroutes de la rentrée littéraire, les éditions L’Atelier contemporain font paraître le septième livre d’un auteur trop rare. Décision courageuse : non seulement l’insuccès commercial semble probable mais en plus on sait l’écrivain pointilleux sur tout ce qui concerne l’impression de ses textes. N’avait-il pas obtenu du Serpent à plumes que la réédition en poche de Chronique du cirque… ne comporte aucune césure ? Fresque et Mosaïque paraît donc pour cette rentrée 2021 alors que la plupart des livres précédents du même auteur ont disparu des rayons et des catalogues de leurs éditeurs. Ce retour, discret, en librairie, permettra peut-être une réédition de l’ensemble de l’œuvre. C’est tout le mal qu’on peut souhaiter aux amateurs de littérature.
Puisque son écriture s’appuie tout entière sur un matériau autobiographique, entrons dans Un fraisier pour dimanche : « Comment peux-tu, ma mère, ton sourire n’est même pas commercial, il trouve le moyen d’être sincère, ton cœur est sans rancune, parce que je manque, nourrisson, trois fois mourir, tu crois que je vivrai un siècle, comment fais-tu pour, tous les dimanches matin, servir aimablement ses gâteaux au médecin qui essaya de me tuer ? » Incipit magistral d’un roman qui nous introduit dans l’enfance du narrateur, au cœur d’une pâtisserie salon de thé au centre de Bourges, au sein d’une famille agrandie de celles et ceux qui travaillent là, y passent parfois toute leur vie.
Le magasin a son importance : il est à la fois le centre d’une vie sociale (la bourgeoisie locale y trouve son bonheur), un laboratoire (où se créent les gâteaux), une ruche laborieuse et le symbole d’une imposante histoire familiale. Lorsqu’il naît en décembre 1955 dans la capitale du Cher, Xavier Bazot entre dans une famille dont les racines plongent loin.
Premier nommé par l’écrivain, voici l’arrière-grand-père paternel venu fonder sa pâtisserie-confiserie à Bourges en 1891. Elle déménagera de quelques mètres pour bénéficier de l’angle entre la rue Moyenne et la rue Émile-Zola, sera baptisée d’abord Pâtisserie Renou. Le mariage...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°226
6,00 €
LMDA PDF n°226
4,00 €