La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Xavier Bazot
Fragments d’Osiris

septembre 2021 | Le Matricule des Anges n°226 | par Thierry Guichard

Sans trop se soucier de l’accueil fait à ses livres, Xavier Bazot poursuit une œuvre qui vise à rassembler les pièces d’un puzzle intime. Pour peut-être y trouver un sens.

L’homme est d’une très grande délicatesse. Profondément attentif à l’autre (jusqu’à le conduire parfois à des situations cocasses comme on le voit dans Fresque et Mosaïque) on le sent héritier d’un très ancien savoir-vivre. Cette attention, il la porte aussi à la littérature et à ce matériau autobiographique qui l’occupe. Non pour témoigner (surtout pas) de quelque chose, mais pour saisir ce qu’une phrase, telle un bain dans un laboratoire de photographie, peut révéler. Ou pour passer au tamis de la langue les images qui occupent sa mémoire, et qu’attestent les notes prises dans ses carnets, afin d’en extraire une forme insoupçonnée. Ce faisant, il laisse sur le papier des récits d’une beauté cinglante, des phrases d’où surgissent parfois d’épiphaniques éclats au miroir desquels il est difficile de ne pas se reconnaître.

Xavier Bazot, avec sept livres en trente et un ans, vous êtes un écrivain rare. Votre précédent roman était paru en 2008 aux éditions Champ Vallon. À quoi devons-nous cette longue attente entre Camps volants et Fresque et Mosaïque, qui paraît aujourd’hui ?
J’étais chez les Esséniens.
Trente-cinq années me sont nécessaires pour écrire et publier mon premier livre, Tableau de la Passion, en 1990. Et treize années s’emploient à écrire et publier Fresque et Mosaïque. Considérez le progrès réalisé. Ou je pourrais dire : écrire Fresque et Mosaïque me demande soixante-cinq années. Combien d’années se passent-elles entre Good Morning, Midnight (1939) et Wide Sargasso Sea (1966) ? Jean Rhys cesse-t-elle d’être une autrice ?
« Écrire » est une prière perpétuelle, la « prière du cœur » des Récits d’un pèlerin russe, évoquée par J.D. Salinger dans Franny et Zooey. Tout ce que vous voyez, entendez, vivez, ressentez, la moindre de vos pensées, le moindre de vos gestes, est éprouvé au prisme de l’alambic où ce nouveau matériau va se mêler à l’ancien, l’ensemble se métamorphosant continûment en ce qui peut devenir un mot, une phrase, un texte.

Vous évoquez le temps mis à « écrire et publier », mais « publier » devrait être du ressort des éditeurs. Une fois un manuscrit achevé quel travail vous requiert ?
L’écriture de Fresque et Mosaïque débute en août 2016, à mon retour du Japon. Son premier jet trouve sa conclusion en septembre 2017. Même si vous avez déjà un éditeur, le délai entre lui proposer le manuscrit et son impression peut être d’une année, bienvenue car elle permet au texte de reposer, comme la pâte pour les gâteaux, vous pouvez ensuite le réviser, l’augmenter, le resserrer. Je n’avais pas d’éditeur. Il m’a été plus difficile de trouver une maison d’édition pour mes sixième et septième « romans » que pour le premier. François-Marie Deyrolle a accueilli Fresque et Mosaïque à l’Atelier contemporain. Cette attente a été bénéfique, j’ai pu à loisir fourbir mes phrases, satisfaire mes repentirs, réhabiliter des fragments que j’avais écartés, modifier l’ordre des segments. Un texte...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°226
6,00 €
LMDA PDF n°226
4,00 €