La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Lanceurs de feu de Jan Carson

septembre 2021 | Le Matricule des Anges n°226 | par Feya Dervitsiotis

Confession d’une ville qui se détruit de l’intérieur, Les Lanceurs de feu porte au roman le Belfast fantasmé d’un été 2014. Faisant sauter la paix fragile posée comme un voile sur « les Troubles », la saison des feux de joie unionistes dégénère en une flambée d’incendies, « manifestes enflammés » orchestrés depuis Internet par un anonyme. Tandis que la ville rougeoie, deux pères sont rongés par la peur que leurs enfants en viennent eux aussi à perpétuer cette colère qui fut la leur. Car « les Troubles » n’est pas un événement, « L’histoire ne manquera pas de prouver que c’est en réalité un verbe ; une action qui peut être infligée aux gens à maintes reprises, comme le vol ».
Volontairement trouble et suffisamment large pour accueillir l’humour comme la tragédie, la narration se déplie telle la carte d’une ville, aboutissant à un objet étonnant qui résiste à toute lecture catégorique. Les nombreux fils qui s’y enchevêtrent comme des ruelles aboutissent parfois à des retournements artificiels, mais parfois aussi à des enchantements. Comme s’il provenait d’un autre livre, détonnant contre la grisaille du sujet et la transparence d’une écriture dénuée de poésie, le réalisme magique creuse ses galeries. L’auteure en use sur des enfants dits « infortunés », l’un ayant des roues à la place des pieds, l’autre se transformant parfois en bateau, un autre encore scrutant l’avenir dans l’eau… Au milieu de personnages fades, rangés du côté du bien et prompts à se sacrifier ou du côté du mal et sans perspective de rédemption, ces enfants qui échappent au déterminisme narratif sont bienvenus. Ainsi de la fille d’un des protagonistes, sirène en devenir que l’on suit, promesse d’extinction des feux et d’avènement d’un chant nouveau. Face à cette altérité radicale, son père hésitera, au cours d’un suspense hollywoodien peu subtil, à couper la langue de ce symbole féministe. Fable politique tortueuse, Les Lanceurs de feu peut se lire comme la suite contemporaine du Milkman d’Anna Burns.

Feya Dervitsiotis

Traduit de l’anglais (Irlande du Nord)
par Dominique Goy-Blanquet, Sabine Wespieser éditeur, 384 pages, 23

Les Lanceurs de feu de Jan Carson Par Feya Dervitsiotis
Le Matricule des Anges n°226 , septembre 2021.
LMDA papier n°226
6,00 €
LMDA PDF n°226
4,00 €