La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le roulement du tonnerre

octobre 2021 | Le Matricule des Anges n°227 | par Éric Dussert

Le Testament de la fille morte

Pour dire qu’un auteur est mort à la création avant d’avoir produit un chef-d’œuvre, on dit que son œuvre est fulgurante, ou qu’elle a des fulgurances lorsque nombre de ses pages sont à l’état de pièces brouillonnes. C’est le cas de celles de Colette Thomas dont l’esprit et la volonté créatrice ont sombré tour à tour avant d’aboutir à une pièce solide, ancrée, accessible au grand nombre. Son livre présentement réédité, Le Testament de la fille morte, témoigne justement de ce départ. Elle l’avait publié avec l’aide d’amis en 1954 sous le pseudonyme de René. Il est plein de trous, d’échardes, de petits bouts de parole, de tentatives de quelques pages. Colette Thomas (1918-2006) n’aura publié que cet ensemble de littérature qu’on dirait avortée, même si certains y ont vu une sorte de cathédrale (Bernard Noël) ou les prémices « d’un autre univers » comme le fit Antonin Artaud, ami de l’apprentie comédienne Colette, ex-élève de Louis Jouvet, épouse un temps d’Henri Thomas, abattue par les doubles mystères de la folie et de la mystique. Il faut beaucoup de chance pour aboutir à un livre lorsque la psychiatrie s’en mêle. Emma Santos et sa Malcastrée (rééd. Des Femmes, 2021) pourraient en témoigner. Colette Thomas oscille perpétuellement entre la grâce et la faiblesse : « Hier matin j’éprouvais une impression assez forte de puissance et de beauté./ J’étais allongée sur une avancée de terrain rocheux, à peu près nue, pour que le soleil me traverse un peu. (…) J’entendis alors le roulement du tonnerre » Depuis plusieurs années la revue Midi militait pour le souvenir de la douloureuse figure de celle qui signait aussi « La Fille morte » ces poèmes, pensées, bout de récits et « fulgurances » si proches de l’au-delà de la pensée. Il y est beaucoup question d’amour et de théâtre dans ces pages pleines d’électricité et de détresse (un avortement trouve le moyen de s’immiscer). Peu à peu la Jérusalem céleste empiète de plus en plus, ainsi que cette géométrie dans l’espace qui ressemble de plus en plus à la quadrature du cercle de l’esprit… Les lignes s’écrivent avec l’emphase de la capitale. Puis le silence.

Éric Dussert

Le Testament de la fille morte
Colette Thomas
Postface de Pacôme Thiellement
Prairial, 175 pages, 15

Le roulement du tonnerre Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°227 , octobre 2021.
LMDA papier n°227
6,50 €
LMDA PDF n°227
4,00 €