La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L' Assassinat de Joseph Kessel

octobre 2021 | Le Matricule des Anges n°227 | par Franck Mannoni

L' Assassinat de Joseph Kessel

À Paris, au milieu des années 1920, l’écrivain, journaliste et combattant de la liberté Joseph Kessel publie Makhno et sa juive, une œuvre romancée sur un anarchiste libertaire ukrainien, Nestor Makhno. Décrit comme viscéralement antisémite, le révolutionnaire, qui a lutté contre les bolchéviks et les Russes blancs, surgit dans le livre de Mikaël Hirsch pour demander réparation et laver son honneur. L’aporie morale de son projet est insurmontable : le voici avec des envies de meurtre contre Kessel qui est d’origine russe et juive. Il entend « tuer un juif pour prouver au monde qu’il n’était pas antisémite ». Tout en dressant le portrait de la vie parisienne des Années folles, Mikaël Hirsch provoque la rencontre entre Kessel et Makhno, ce dernier lui cachant son identité. Les apartés historiques sont nombreux et montrent une capitale française cosmopolite, terre d’asile de tous les exilés des Balkans : « Les dames de la noblesse étaient entraîneuses ou marchandes de fleurs, tandis que les anarchistes en disgrâce fabriquaient des chaussures à domicile ». Cocteau, Kessel et Malraux partagent un moment improbable d’euphorie festive. Plus tard, lors d’une soirée sous l’emprise de l’opium Kessel, Cocteau et Makhno plongent dans l’inconscience. Le narrateur investit cet espace laissé libre pour raconter, en dix-huit pages d’une belle densité, le voyage de Kessel en Lettonie. Le grand reporter y cherchait un scoop en tentant de pénétrer sur le territoire soviétique. Tout au long du récit, l’auteur pose la question des liens qu’entretiennent vérité et légende. Mikaël Hirsch interroge également les relations tendues entre littérature et action. Makhno, qui milite pour « la propagande de fait », ne comprend pas l’engagement intellectuel de Kessel, qui place la lutte sur le plan de la littérature. Makhno oublie qu’à cette époque la littérature semble plus forte que le réel. Elle dit une vérité : « dont le monde ne serait en définitive qu’une reproduction délavée et privée de sens ». Franck Mannoni

L’Assassinat de Joseph Kessel
Mikaël Hirsch
Serge Safran éditeur, 149 pages, 16,90

Le Matricule des Anges n°227 , octobre 2021.
LMDA papier n°227
6,50 €
LMDA PDF n°227
4,00 €