La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Oscillants, de Claudio Morandini

octobre 2021 | Le Matricule des Anges n°227 | par Guillaume Contré

Dans un village perdu au fond « d’un repli profond et sauvage », une jeune ethnomusicologue vient étudier les étranges chants de bergers qu’elle croyait entendre dans son enfance, lorsqu’elle y accompagnait ses parents en vacances. Ces chants, qu’elle percevait à l’aube, n’étaient peut-être que le fruit de l’imagination enfiévrée d’une fillette qui s’ennuyait dans un village n’ayant guère de distractions à lui offrir. Leur réalité fluctuante, presque onirique, est le premier mystère d’un récit qui n’en manque pas et ne prétend pas les dévoiler.
Les Oscillants, troisième roman traduit de Claudio Morandini, est moins une enquête qu’un texte tout en clair-obscur, à l’image des sous-bois enchevêtrés que l’on y traverse et des cavités profondes qui semblent y ronger la montagne. Une sorte de conte gothique rural et montagnard, aussi fantasque qu’inquiétant. Chaque nouveau mystère du petit monde que l’auteur met en place et de la galerie de personnages extravagants qui le peuple semble en cacher un autre. La narratrice, dans ses efforts pour cerner la réalité de son sujet d’étude, se fait constamment mener en bateau, et ce qui paraît n’être d’abord que des espiègleries des habitants ne tarde pas à prendre un tour sinistre. Il y a quelque chose d’une fable hors du temps dans le jeu d’opposition entre deux villages qui sert de ciment au récit. Du côté de Crottarda, où la narratrice vient s’installer chez une logeuse récalcitrante, « la vallée offre peu de points d’intérêt ». C’est un lieu humide et froid, un des cercles périphériques de l’enfer ; les résidents, perclus de rhumatismes, abrutis de mauvais vin, y vivent dans une sorte de torpeur agressive. « La seule activité qui peut plaire consiste à fixer Autelor, le riant village d’en face », lequel est, lui, baigné par un soleil généreux. Ses habitants ne cessent de se moquer de ceux d’en bas, de leur fierté butée, de leur jalousie. De cet univers en vase clos, Morandini tire un roman subtil et plein de chausse-trapes.

Guillaume Contré

Les Oscillants
Claudio Morandini
Traduit de l’italien par Laura Brignon
Anarchasis, 292 pages, 21

Les Oscillants, de Claudio Morandini Par Guillaume Contré
Le Matricule des Anges n°227 , octobre 2021.
LMDA papier n°227
6,50 €
LMDA PDF n°227
4,00 €