La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Parce que Vénus a frôlé un cyclamen le jour de ma naissance

octobre 2021 | Le Matricule des Anges n°227 | par Yann Fastier

Parce que Vénus a frôlé un cyclamen le jour de ma naissance

Après une prime jeunesse fusionnelle, Ella et Martha, deux sœurs d’une vingtaine d’années, s’en vont soigner leur dépression respective dans une petite station de la montagne norvégienne. L’hôtel est paradisiaque, l’hôtelière providentielle, la barmaid plus que séduisante et le crédit semble-t-il illimité. Cela devrait suffire, seront tentés de croire ceux pour qui Vénus avait autre chose à faire que de frôler des cyclamens le jour de leur naissance. Eh bien non : car les filles ne sont pas simples, loin de là, et se trouvent plus souvent ballottées par leur caprice que par le vent glacé qui souffle dans ce petit roman aussi couvert de neige que de prix dans son pays d’origine.
Mettons qu’il dise quelque chose de la sortie de l’enfance et de l’incertitude du désir. Mettons que ces deux-là soient ainsi comme retranchées du monde pour mieux tisser le cocon dont elles sortiront beaux papillons. Mettons même que, n’étant pas femme, nous ne puissions comprendre, il n’empêche que, trop riches, trop occupées d’elles-mêmes, Ella et Martha ne sont décidément pas nos copines. Si joli soit leur nombril, il est trop petit pour s’y noyer et si l’écriture, bien sûr, n’est pas elle-même en cause, elle confère au texte une sorte d’apesanteur qu’on se gardera de confondre avec la si désirable légèreté, malgré tout ce que peut en gémir une narratrice en plein transport lesbien : « Tout fanait autour de moi, tout fleurissait autour de moi. Le monde vacillait. Et bien que dans le même instant tout vienne brusquement à me manquer, tant ce que je possédais que ce que j’avais perdu, c’était si léger, si léger d’être enchantée ». Aussi le roman fonctionne-t-il, mais en vase clos, sans autre air, pourrait-on dire, que celui de ne pas y toucher. Un vase parfaitement lisse, donc, sous ses fêlures artistement peintes, et qui ne verse finalement rien d’autre qu’une version distinguée de l’eau de rose.

Yann Fastier

Parce que vénus a frôlé un cyclamen le jour de ma naissance
Mona Høvring
Traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud
Noir sur blanc, 143 pages, 16

Le Matricule des Anges n°227 , octobre 2021.
LMDA papier n°227
6,50 €
LMDA PDF n°227
4,00 €