La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Antonio Moresco
Au-delà du miroir

novembre 2021 | Le Matricule des Anges n°228 | par Valérie Nigdélian

Sans âge ni lieu, l’écriture d’Antonio Moresco dynamite la vision conventionnelle de la réalité : pour réouvrir les possibles et redonner à la littérature toute sa dimension insurrectionnelle.

En ce début d’automne, il cavale entre la France et l’Italie. Ici pour présenter Les Ouvertures dans les librairies françaises, là-bas à l’occasion de la sortie de Corpo a corpo, un essai sur les grandes figures littéraires qui ont compté pour lui, de Sylvia Plath à Dostoïevski, ainsi qu’un CD de textes inédits, Stelle in gola. Grâce à l’entremise de son traducteur et ami Laurent Lombard, que l’on remercie encore de son aide inestimable, cet entretien avec Antonio Moresco a néanmoins pu avoir lieu à distance.

Antonio Moresco, nous vous avons découvert en France en 2014 avec La Petite Lumière, mais il s’agit en réalité d’un texte relativement tardif, publié en 2013 en Italie, et postérieur aux Ouvertures qui paraissent aujourd’hui chez Verdier. Pouvez-vous clarifier la chronologie d’apparition de ces textes ?
Lorsqu’à 30 ans j’ai repris mon rêve de littérature, j’ai compris que moi aussi je pouvais avoir une place dans le monde. Que cette place se situait dans la littérature. De nombreuses années se sont toutefois écoulées avant que j’émerge en tant qu’écrivain. J’ai passé quinze ans à être rejeté par les éditeurs italiens auxquels j’ai envoyé mes livres, petits et grands. Et puis soudain, un éditeur a accepté de faire entendre ma voix. Voilà pourquoi mon premier livre (Clandestinità), que j’avais écrit à l’âge de 30 ans, et les suivants sont sortis quand j’avais déjà 45 ans.

Abordez-vous l’écriture au travers de la forme brève (comme les contes de Clandestinità ou La Petite Lumière) ou par la forme massive et totale des trois gros volumes de la trilogie Giocchi dell’eternità dont Les Ouvertures constitue le premier volet ?
J’ai commencé à écrire en me servant de la forme courte, puis, à un certain moment, l’horizon s’est ouvert à moi et je me suis mis à écrire ce livre, Les Ouvertures, qui s’est imposé dans sa forme longue, et qu’il m’a fallu quatorze années pour écrire. Cela pourrait sembler absurde que, alors que les éditeurs n’acceptaient pas mes romans courts, je me mette à écrire un livre aussi vaste et à lui donner même ce titre qui prenait à contre-pied une partie des discours ambiants de l’époque, qui ne cessaient de prophétiser la mort du roman, la mort de la littérature. Qui soutenaient que tout était fini, consommé, que ni l’épopée ni le tragique n’étaient plus possibles, que tout avait été dit et fait, qu’on ne pouvait qu’assembler des matériaux littéraires préexistants. En somme, qu’on ne pouvait plus faire que du bricolage posthume. Moi, au contraire (ce sont d’ailleurs les premiers mots des Ouvertures), invisible, inconnu, souterrain, désarmé, j’ai ressenti le besoin de dire que tout était encore possible, que la vie se ferme et se rouvre sans cesse par des lacérations, des blessures. Et qu’il en va exactement de même pour la littérature.
Les Ouvertures a été suivi par un autre texte, intitulé Canti del caos, qui en est en quelque sorte la suite explosive et lyrique, que j’ai complété...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°228
6,50 
LMDA PDF n°228
4,00