La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger De l’art de la sinécure

novembre 2021 | Le Matricule des Anges n°228 | par Yann Fastier

Après sa Trilogie des Grisons, Arno Camenisch persiste et signe un impeccable traité d’ataraxie montagnarde.

Est-ce une question d’oxygène ? Des films de Luc Moullet au Génie des alpages, la montagne ne produit pas seulement de l’eau minérale et des goitreux mais aussi, semble-t-il, une forme très particulière de folie douce. Un affable délire dont l’AOC reste à l’étude, mais à laquelle Arno Camenisch, côté Grisons, apporte assurément sa part de flocons.
Après Derrière la gare, après Ustrinkata, après l’inénarrable Sez Ner, La Dernière Neige met en place un dispositif presque théâtral dans son épure : préposés au remonte-pente d’un petit domaine skiable, Georg et Paul attendent le client. Il se fait rare, tout comme la neige, d’ailleurs, mais ça ne les embête pas trop. Entre petits verres, parties de cartes et menus travaux, ces deux-là, bien au chaud dans leur cabane, n’ont pas le temps de s’ennuyer. Ils ont trouvé leur thébaïde, du haut de laquelle ils contemplent le monde en philosophes en attendant la fin de journée, qui ne saurait du reste pas tarder (« (…) hm, quatre heures moins quart encore une fois ; à croire qu’on a le rythme dans le sang »).
L’humour, c’est bien connu, reste inexplicable. Aussi ne tenterons-nous de démonter aucun des rouages d’une mécanique qu’on pressent complexe et plus jolie dans son mystère que celle des plus fameux mouvements d’horlogerie. On se contentera de rire, sans bien toujours comprendre pourquoi, mais d’un rire libéré de la tyrannie du gag, d’une jubilation tendre et tout bonnement émerveillée, qui n’éclate jamais mais semble plutôt se répandre par capillarité, infusant le texte de la première à la dernière ligne d’un mélange savamment dosé de tranquille goguenardise et de naïveté assumée.
Plus près de Tati que d’Audiard, cette Dernière neige ne nourrira donc pas les recueils de citations, on y chercherait en vain matière à briller en société mais elle n’en est pas moins truffée de bonnes histoires, contées avec flegme par l’un ou l’autre des deux compères, en inlassables chroniqueurs de leur petite vallée, qu’on devine être la même que celle d’Ustrinkata. Mais ce monde en voie de disparition, ce pourrait aussi bien être Chelm ou bien Jarnages, tant le local y vient trinquer sans vergogne avec l’universel. Georg et Paul, sous la doudoune et le bonnet, prennent alors de faux airs de Nasreddine ou tel autre de ces innombrables fous sages engendrés par Diogène et sachant, comme lui, faire vertu de leur paresse. Depuis la forteresse inexpugnable de leur tire-fesses, nos braves employés communaux dissertent, donc, bricolent et se rappellent le bon vieux temps, quand il y avait encore un hiver et qu’on s’arrangeait pour mourir en été pour ne pas embêter le fossoyeur (« mais il y avait toujours un quérulent pour faire son intéressant et pas observer les règles, même si le conseil communal avait dit très clairement à quoi s’en tenir »).
Cela étant, comme toujours chez Camenisch, une grande partie du plaisir tient évidemment à la langue. Car si le livre est traduit de l’allemand, les deux bras cassés s’expriment en romanche, ce chaînon manquant des langues romanes, très vaillamment restitué par l’excellente traduction de Camille Luscher à coups de « vualà », de « tchaque » ou de « comilfo ». On rêverait d’entendre ce texte dit avec l’accent ad hoc, ou même de le voir jouer tellement, on l’a dit, il semble appeler la mise en scène.
Sans doute est-ce pour cela que l’éditeur et la critique s’empressent de convoquer Beckett à la barre. Jusqu’à l’auteur lui-même qui, malicieusement, prévient l’analogie : « Godo ne viendra pas, dit Georg, les yeux au ciel. Qui ? demande Paul, il lève aussi les yeux, il regarde Georg. » On évoquera cependant tout aussi bien les deux vieux du balcon du regretté Muppet Show qui, tout comme La Dernière Neige et pour faire une moins illustre caution, a toujours sur Godot l’avantage d’être nettement plus rigolo. Yann Fastier

La Dernière Neige
Arno Camenisch
Traduit de l’allemand (Suisse) par Camille Luscher
Quidam, 104 pages, 13 e

De l’art de la sinécure Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°228 , novembre 2021.
LMDA papier n°228
6,50 
LMDA PDF n°228
4,00