La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Watergang, de Mario Alonso

janvier 2022 | Le Matricule des Anges n°229 | par Yann Fastier

Littéralement, un watergang est un canal de drainage, typique du paysage des Flandres ou de l’Artois. Littérairement, c’est un sésame, un de ces mots magiques dont la vertu première est de vous transporter instantanément dans un univers, un paysage mental. Le paysage est ici un polder, sous un ciel qu’on veut immense, jouxtant la petite ville flamande de Middelbourg où vivent Paul et sa famille. Paul a 12 ans. Quand il en aura 13, il sera écrivain. Julia, sa mère, il la surnomme Super, ce dont elle est loin d’être très sûre elle-même. Kim, sa sœur, est enceinte. Jens, son père, est parti traîner son abattement en Angleterre avec une autre Julia. Tous les éléments d’un drame social étant réunis, c’est pourtant bien en vain qu’on le redoutera. Étendant le dramatis personae à des acteurs inattendus (le polder, la couleur rose…) qu’il fait parler à tour de rôle à l’égal des différents personnages, ce premier roman fuit en effet toute action de façon revendiquée (« Paul ne m’aime pas. Je l’ennuie. Je le fatigue ») au profit de la description. La progression n’en est pas exclue, mais elle tient plus alors de la retouche que du grand chamboulement, comme s’il s’agissait à chaque fois d’ajuster les lignes et les surfaces d’un tableau mouvant, tout en demi-teintes, comme la lumière sur l’eau du canal, comme l’herbe des polders (« Les polders sont bleus. Les polders sont verts. Les polders sont gris, bruns et or. Parfois les polders sont jaunes, et de nouveau bleus et verts. (…) Quand les polders sont roses, il faut s’attendre à quelque chose d’extraordinaire »).
S’il mobilise pour l’énième fois la figure très improbable de l’enfant poète, Mario Alonso ne parvient pas à le rendre tout à fait insupportable, comme c’est le plus souvent le cas. Son petit prince à lui serait presque crédible – s’il n’en faisait ce jeune bouc à la fin – et son Watergang tout en magie discrète draine une mélancolie légère qu’on suivra volontiers jusqu’à la mer.

Yann Fastier

Watergang
Mario Alonso
Le Tripode, 222 pages, 18

Watergang, de Mario Alonso Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°229 , janvier 2022.
LMDA papier n°229
6,50 
LMDA PDF n°229
4,00